Venezuela : actes de cannibalisme dans une prison

CANNIBALISME - Deux prisonniers ont trouvé la mort dans une prison vénézuélienne dans de funestes circonstances. Durant une insurrection, ils auraient été les victimes de Dorangel Vargas, cannibale auto-proclamé à la solde d'un gang de prisonniers.

C’est une histoire qui a tout d’un cauchemar. Au Venezuela, les autorités enquêtent sur un cas qui donne la chair de poule. Durant une insurrection de prisonniers survenue dans un centre pénitencier situé à San Cristobal, dans l’ouest du pays, deux hommes ont été mutilés et assassinés. La paternité de cet acte est attribuée à l’un des détenus, connu pour ses crimes de cannibalisme. Il aurait ensuite forcé certains de ses codétenus à se nourrir de la chair des victimes, le tout sur fond de lutte des gangs. 


Les familles des deux disparus – Anthony Correa et Juan Carlos Herrera – se sont exprimées depuis le drame. Luz Sepulveda, mère du premier cité, confie à Reuters : "Mon fils a été assassiné puis torturé et les détenus ont été forcés de se nourrir de sa chair. Comment peut-on expliquer un tel acte de cruauté ?". Depuis le drame et sa décision de parler à la presse, cette mère de famille vit recluse dans une maison dont l’adresse est gardée secrète, pour éviter les représailles. 


Le père de Juan Carlos Herrera a quant à lui expliqué aux journalistes  : "Une personne présente durant le meurtre a tout vu. Elle m'a dit avoir été frappée avec un marteau pour l'obliger à manger des morceaux de chair des deux garçons". L'homme a aussi dénoncé l'inaction du gouvernement, clamant que cette scène surréaliste constituait le point d'orgue funeste d'un mois entier de mutinerie au sein de la prison. 

Le "Mangeur-d'Homme"

Pour les familles des victimes, aucun doute : le responsable de cet acte inhumain n’est autre que Dorangel Vargas, cannibale auto-proclamé connu des Vénézuéliens sous le pseudonyme sans équivoque de "Mangeur-d’Homme".  Selon les  informations relayées par la presse locale , durant son incarcération, Dorangel Vargas aurait été enrôlé par un gang qui se servirait depuis de ses sombres pulsions pour faire régner la terreur parmi ses rivaux.  Ainsi, ils auraient coupé les doigts de ceux qui refusaient de participer à la funeste cérémonie. 


Ci-dessous, un utilisateur de Twitter a posté en ligne une photo de Dorangel Vargas, aussi connu sous le pseudonyme du "Hannibal Lecter des Andes". Le dangereux serial-killer a été incarcéré en 1999, après avoir confessé aux autorités des actes de meurtre et de cannibalisme sur une dizaine de personnes. 

De son côté, le gouvernement a bel et bien confirmé la mort des deux prisonniers sans toutefois confirmer les circonstances du drame. Un membre du parti d’opposition, Franklyn Duarte, affirme néanmoins détenir une vidéo qui prouverait les actes de cannibalisme. L’homme précise sa volonté de mettre  l’enregistrement à la disposition de la justice, si nécessaire. Six policiers, accusés d’avoir prêté main forte aux détenus durant la mutinerie, ont dans le même temps été arrêtés.


Les prisons vénézueliennes, où drogues et armes sont monnaie courante,  se retrouvent souvent gangrénées par les gangs. Le tout, parfois, avec la connivence des autorités, précise encore Reuters. 

Et aussi

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques