Fiché S, recherché par la Tunisie, habitué des stands de tir... : ce que l'on sait de l'assaillant des Champs-Elysées

DirectLCI
PROFIL - L'homme qui a foncé lundi sur un fourgon de gendarmerie sur les Champs-Elysées est décédé. Selon nos informations, Adam D., âgé de 31 ans et originaire d’île-de-France, était fiché S en raison de son radicalisme et possédait un permis de détention d'arme.

Deux semaines après l'attaque de Notre-Dame et deux mois après l'assassinat d'un policier par un djihadiste sur les Champs-Elysée, les forces de sécurité ont de nouveau été ciblées. Lundi 19 juin, un homme a percuté avec sa voiture un fourgon de gendarmerie. L'attaque s'est déroulée là aussi sur les Champs-Elysées. Le véhicule s'est embrasé lors de l'impact avec le camion. 


L'enquête a été confiée à la section antiterroriste de la police judiciaire parisienne et à la DGSI par le parquet de Paris. Aucune victime n'est à déplorer, l'assaillant est lui décédé peu après, selon nos informations, d'une défaillance cardio-respiratoire à la suite d'une forte inhalation de fumée. Voici ce que l'on sait : 

Un individu fiché S pour radicalisme

Selon nos informations, l'assaillant présumé est Adam D., un homme âgé de 31 ans, originaire de la région parisienne et père de deux enfants nés en 2010 et 2014. Dans sa voiture, deux bonbonnes de gaz de 13 kilos chacune, un pistolet automatique, une carabine, un sac tactique, un ordinateur portable, deux CD de prêches islamistes et plus de 9000 munitions rangées dans des cartons ont été retrouvées. 


Selon nos informations, Adam D., fiché S depuis septembre 2015 pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale, faisait également l'objet depuis septembre 2014 d'un mandat d'arrêt de la justice tunisienne pour des faits de terrorisme. A l'époque, il avait été interpellé en compagnie d'hommes équipés de talkies-walkies et de couteaux.


Autre élément troublant : toujours selon nos informations, Adam D. s'était rendu en avion seul à Istanbul à trois reprises entre janvier et août 2016, expliquant à chaque fois aller en Turquie dans le cadre de son activité professionnelle (il a depuis 2015 une société d’extraction de minerais).

Une lettre-testament d'allégeance à l'Etat islamique

L'assaillant a laissé une lettre-testament dans laquelle il prête allégeance au chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi. Dans cette lettre retrouvée par les enquêteurs et destinée à son beau-frère, le suspect affirme avoir joué "double jeu" en constituant un arsenal dans le cadre de son activité de tir sportif en vue de commettre un attentat,

Une famille proche de la mouvance "salafiste"

Mais en février dernier, il avait pourtant reçu une autorisation renouvelée de détention d’arme, faute de preuve de sa dangerosité. Son père a reconnu que l'homme possédait une arme déclarée depuis 2012 et s'entraînait au tir. Selon nos informations, il était adhérent d'un club de tir affilié à la Fédération française depuis 2011 et possédait même un permis pour plusieurs types d'armes. En tout, Adam D. aurait acheté légalement trois armes de poing, deux fusils automatiques et quatre fusils de chasse.


Ce lundi, au Plessis-Pâté (Essonne), son domicile a été perquisitionné. Sur place, les enquêteurs retrouveront des armes à feu, des barils de poudre (sans doute pour confectionner lui-même ses munitions), des talkies-walkies et des détecteurs de mouvement. Selon nos informations, sa famille était connue pour être proche de la mouvance "salafiste" et notamment du mouvement En Nahda. Son père s'était notamment fait connaître en 2002 en voulant ouvrir le premier Franprix halal de France. 


Toujours selon nos informations, deux de ses soeurs sont mariées à des islamistes radicaux connus des services de renseignement et mêlés à des affaires de terrorisme, notamment sur une affaire de braquage pour financer la cause. L'homme, quant à lui, n'avait pas de casier judiciaire et était inconnu des services de police. Quatre membres de sa famille ont ensuite été placés en garde à vue.

L'autopsie révèle une mort par "asphyxie"

Selon nos informations , Adam D. est mort des suites d'une défaillance cardio-respiratoire, à la suite d'une forte inhalation de fumée. 

D'après le rapport d'autopsie, des lésions ont été observées sur son corps dues à l'effet de "blast" dans l'habitacle après la collision. Aucune fracture ou blessure par arme à feu n’a en revanche été décelée.

Plus d'articles

Sur le même sujet