VIDEOS - Attentat déjoué : l'arrestation des trois femmes à Boussy-Saint-Antoine en images

RÉCIT - L'opération antiterroriste menée jeudi soir à Boussy-Saint-Antoine après la découverte d'une voiture contenant des bouteilles de gaz, près de Notre-Dame de Paris, s'est déroulée dans des circonstances difficiles. En voici les images.

Trois femmes ont été interpellées près de la gare de Boussy-Saint-Antoine jeudi soir, dans le cadre de l’enquête sur la Peugeot 607 retrouvée près de Notre-Dame-de-Paris avec six bouteilles de gaz. Selon le Parisien, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) les avaient prises en filature après une alerte lancée sur les ondes de la police dans l’après-midi, évoquant un attentat suicide probable dans les gares parisiennes ou de Boussy-Saint-Antoine. La plus jeune, âgée de 19 ans, se trouve être la fille du propriétaire du véhicule. Ses complices elles, âgées de 39 et 23 ans, pourraient être sœurs.  

C'est choquant dans une commune plutôt tranquilleUn témoin, cité par le Parisien

Selon un témoin de l'interpellation, cité par le quotidien, les trois femmes "avaient l'air stressé et regardaient partout autour d'elles". Un autre raconte : "vers 14 heures, on était entre amis, on a vu un gros dispositif policier. Vers 16h30, on a entendu deux détonations (puis) il y a eu trois autres détonations. On a vu les policiers ouvrir le feu sur une jeune femme. C'est choquant dans une commune plutôt tranquille, en pleine ville…" 


Un policier blessé au couteau

L’opération antiterroriste a mal tourné puisque la plus jeune des femmes a blessé un policier à l’épaule avec un couteau. Les autorités ont aussitôt ouvert le feu sur l’assaillante, qui a par la suite été hospitalisée à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre, dans le Val-de-Marne. Selon un élu de l’Essonne, cité par le Parisien, la jeune femme, "prénommée Inès M." aurait été blessée à la cheville et à la cuisse. 

Elles préparaient "des actions imminentes"

Le ministre de l’Intérieur a précisé que l’agent avait également été conduit à l’hôpital mais que ses jours n'étaient pas en danger. Selon BFMTV, les deux autres auraient tenté de prendre la fuite mais auraient été rattrapées par les forces de l’ordre puis placées en garde à vue. Décrites comme "radicalisées" et "fanatisées", les trois femmes interpellées préparaient "des actions imminentes" a déclaré Bernard Cazeneuve, évoquant "une course contre la montre". 


Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat manqué aux bonbonnes de gaz à Paris

Plus d'articles

Sur le même sujet