Violences conjugales : Karine Le Marchand perd son procès en diffamation contre Lilian Thuram

Violences conjugales : Karine Le Marchand perd son procès en diffamation contre Lilian Thuram

JUSTICE - Karine Le Marchand a perdu son procès en diffamation contre son ancien compagnon, Lilian Thuram. L'animatrice de M6 déplorait l'interview télé qu'il avait faite, le 17 octobre 2013, sur Canal +, où il affirmait n'avoir "jamais été violent avec Karine Le Marchand". Un mois plus tôt, celle-ci avait pourtant déposé plainte pour violences conjugales à son encontre, avant de la retirer.

Vous vous souvenez peut-être de ce moment télé un peu particulier, diffusé par Canal +. Nous sommes le 17 octobre 2013 et c'est un Lilian Thuram assez secoué qui vient s'expliquer sur le plateau du Grand Journal. Depuis plusieurs semaines, l'affaire agite les chroniques people : l'animatrice Karine Le Marchand accuse son ancien compagnon de l'avoir agressée. Le 3 septembre, elle a déposé une plainte pour "violences conjugales", avant de la retirer dix jours plus tard. Un retrait de plainte n'éteignant pas l'action publique, Lilian Thuram écope tout de même d'un rappel à loi, le 18 septembre. L'affaire faisant grand bruit, l'ancien footballeur tient à s'en expliquer.

"Je vivais avec une femme qui me dit qu'elle veut partir. Jusque là pas de problème. Elle me fait une demande. Je trouve que cette demande est déplacée", commence-t-il par expliquer à Antoine De Caunes. Cette demande, il s'agit d'une "compensation par rapport aux années qu'on a passé ensemble", précise-t-il. "J'ai dit non, et ça a déclenché quelque chose de vraiment surréaliste (…). Elle m'a expliqué qu'elle allait me détruire, détruire mon image". Le même jour, l'animatrice de L'amour est dans le pré déposait sa plainte. "Je n'ai jamais été violent avec Karine Le Marchand", martelait alors Lilian Thuram.

EN SAVOIR + >> Karine Le Marchand voulait-elle "détruire" Lilian Thuram ?

Une histoire "médiocre"

Une interview qui avait fortement déplu à son ancienne compagne, qui décidait aussitôt de déposer plainte pour diffamation, estimant que l'ancien footballeur l'avait publiquement traitée de "menteuse". "Je suis meurtrie et sidérée, je ne comprends pas ce déballage et ces mensonges", expliquait-elle à l'époque sur France 5. L'animatrice de M6 réclamait donc un euro de dommages et intérêt, pour laver "son honneur". Mais la justice n'a pas tranché en sa faveur ce vendredi 19 février : le tribunal correctionnel de Paris a en effet décidé de relaxer Lilian Thuram, au bénéfice de la bonne foi. Si le juge a reconnu le caractère diffamatoire des propos litigieux, il a estimé que ces derniers étaient "sobres" et exprimés d'un "ton modéré".

L'animatrice s'est aussitôt fendu d'un message sur Twitter, saluant que le caractère diffamatoire ait été reconnu (pas un mot, en revanche, sur la relaxe de son ancien compagnon).

A l'audience du 18 décembre, l'ex-footballeur, dont la fondation "Lilian Thuram-Education contre le racisme" a pâti de la plainte pour violences déposée, comme l'animatrice de télévision, se disaient navrés de se déchirer encore, devant la presse et le public. Une histoire "médiocre", avait alors résumé Lilian Thuram.

A LIRE AUSSI >> Jean-Luc Delarue : à la barre, son mariage avec Anissa remis en cause par Elisabeth Bost

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques