Yvelines : 30 ans de prison pour avoir violé, torturé et tué sa compagne

Yvelines : 30 ans de prison pour avoir violé, torturé et tué sa compagne

DirectLCI
JUSTICE - Jeudi soir, la cour d'assises des Yvelines a condamné un homme de 34 ans, à trente ans de réclusion criminelle, dont 20 ans de sûreté pour torture, viol et meurtre sur sa compagne.

C'était une soirée de juillet 2012. Là, dernière les portes closes, Mustapha B. frappe sa compagne de 24 ans sans relâche avant de la violer. Elle meurt dans la nuit étouffée ou étranglée. Le lendemain, avec ses enfants et son frère, cet homme se rend au commissariat de Versailles et raconte ce qu'il a fait. Cinq ans plus tard, la cour d'assises des Yvelines le condamne pour "tortures ou actes de barbarie par concubin, viol par concubin, meurtre concomitant à un autre crime". 


Après trois heures de délibéré, l'accusé a été déclaré coupable et devra purger une peine de 30 ans avec une rétention de sûreté de 20 ans. La cour aura donc suivi les recommandations de l'avocate générale, Corinne Moreau, qui avait souligné "l'acharnement" de l'accusé et la "durée" des coups. 

Victime de violence conjugale depuis six ans

Au cours des débats, l'accusé a gardé la tête baissée, une main devant le visage, s'exprimant peu. Interrogé sur les faits, il a affirmé que ce soir-là, il était persuadé que sa femme le trompait et qu'il avait "perdu le contrôle de [lui-même]". "Ce n'était pas mon intention, je ne voulais pas qu'elle meure", a-t-il répété jeudi, reconnaissant les coups, mais niant le viol et le meurtre. En clôture du procès, il a dit vouloir "demander pardon, sincèrement, à toute la famille".

En vidéo

Une présentatrice égyptienne apparaît le visage tuméfié contre les violences conjugales

La victime était "complètement sous l'emprise de ce jeune homme", a estimé plus tôt Me Martine Peron, qui représentait les quatre enfants du couple, présents dans l'appartement le soir des faits. "Elle [était] totalement isolée" et "régulièrement tout au long de ces années, les coups sont constatés", a rappelé l'avocate, parlant de "6 ans de vie maritale, 6 ans de supplice sûrement" avant cette nuit de juillet 2012.

En 2016, 157 personnes (123 femmes et 34 hommes) sont mortes, tuées par leur compagnons ou ex-compagnons soit 13 de plus qu'en 2015, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur communiqué en septembre dernier. 

Plus d'articles

Sur le même sujet