Les crèmes solaires "pour enfants" ne sont pas plus efficaces que les autres

MARKETING - Les grandes vacances vont bientôt commencer, l'heure est venue d'aller acheter sa crème solaire. Mais quand on a des enfants, le choix est souvent cornélien : faut-il leur prendre une protection spécifique ? Le magazine "60 millions de consommateurs" s'est penché sur la question dans son numéro estival. Décryptage...

Doit-on opter pour une crème solaire "spécial enfant" ? Cette question, comme un rituel, revient chaque année au moment des vacances, tant on sait que la peau de nos chérubins est plus fragile que la nôtre. Pour nous aider à y voir plus clair, le magazine 60 Millions de consommateurs a publié dans son numéro estival un dossier complet sur le sujet. 10 crèmes solaires adultes et 9 pour enfants ont été passées en revue, selon trois critères : efficacité de la protection, toxicité potentielle, qualité de l'étiquetage. Et la conclusion est sans appel :  les crèmes pour enfants n'apportent aucune valeur ajoutée. Pire, elles ne sont pas toujours exemptes d'ingrédients indésirables. Pourtant, les formulations pour les petits coûtent souvent plus cher. 

Des performances quasi identiques

 60 millions de consommateurs a testé les mêmes produits en version "adulte" et "enfant". Résultat, ils ne font ni mieux, ni moins bien. Dans le cas d'Avène et d'Ambre Solaire, cela s'explique par une composition quasi identique. Pour les autres marques de leur panel - Lancaster, Nivea Sun, Mixa, La Roche Posay, Aptonia et Lovea - la liste d'ingrédients diffère, mais elles affichent un niveau de protection élevé, c’est-à-dire une haute ou très haute protection et "s’en sortent très bien, dans la catégorie 'enfant' comme dans la catégorie 'tout public'". La palme revenant à l'Eau thermale d'Avène qui arrive largement en tête, avec une note de 18/20.

Des substances controversées

Autre enseignement majeur de l'étude de 60 millions de consommateurs : la mention "kids" ou "enfants" ne garantit pas toujours l’absence d’ingrédients préoccupants dans le flacon. Et ça c'est un vrai problème. Comme l'explique le docteur Laurence Netter, dermatologue, à LCI "le seul intérêt d'une crème estampillée 'pour enfants', c'est qu'elle ne doit pas contenir de filtre chimique, pour éviter tout risque d'allergie. Seuls les filtres minéraux sont normalement autorisés, et ils ont pour seul inconvénient de blanchir un peu la peau".


Pourtant le magazine relève dans la crème "wet skin sun for kids" de Lancaster, "la présence d'ethylhexyl methoxycinnamate", un filtre UV pointé du doigt comme un perturbateur endocrinien potentiel. Tandis que Mixa, Ambre Solaire de Garnier et Lancaster (encore) s'obstinent à utiliser l'octocrylène, un filtre UV qui peut, lui, provoquer des allergies au soleil. D'autres ingrédients, comme certaines molécules parfumantes, elles aussi potentiellement allergisantes, sont utilisés dans le "sun kids spray" de Nivea. Quant à la crème "Anthelios" de La Roche Posay, elle contient un philtre dérivé du camphre sur lequel pèse des soupçons de toxicité .

Pour 60 millions de consommateurs, une seule conclusion s'impose : toute la famille, du plus jeune au plus âgé, peut utiliser la même crème solaire. C’est le niveau de protection solaire qui doit guider le choix. Pour les enfants - comme pour les personnes à la peau et aux cheveux clairs, qui ne bronzent pas et qui prennent facilement des coups de soleil -, il faudra opter pour un produit haute ou très haute protection.

Plus d'articles

Sur le même sujet