Pedro Almodovar ne se voit pas remettre la Palme d'or à un film Netflix

Pedro Almodovar ne se voit pas remettre la Palme d'or à un film Netflix

Festival de Cannes 2017

Voir
DEBAT – Invités mercredi à s’exprimer sur la polémique qui entoure la présence de deux films distribués par Netflix en compétition, les jurés du 70e Festival de Cannes n’ont pas tout à fait semblé sur la même longueur d’ondes. Pedro Almodovar, en tout cas, a clairement fait savoir qu'ils ne figureraient pas au palmarès.

La polémique Netflix enterrée ? Sûrement pas ! Ce mercredi, après quelques amabilités d’usage, les membres du jury du 70e Festival de Cannes ont livré en conférence de presse leur regard sur le débat qui agite le petit monde du cinéma depuis l’annonce de la sélection officielle. Et la présence en compétition de deux films produits par la plateforme américaine - Okja et The Meyerowitz Stories - qui ne sortiront pas dans les salles françaises en raison de la chronologie des médias qui prévaut dans l’hexagone. 

 

Anticipant sans doute une question sur le sujet, le président Pedro Almodovar avait même préparé un petit communiqué dans sa langue natale, avant de s’exprimer dans la langue de Shakespeare. Et le message est clair : "Je ne m’imagine pas remettre la Palme ou un prix à un film qui ne pourrait pas être montré sur grand écran", a expliqué le cinéaste espagnol, invitant les plateformes comme Netlfix à respecter "les mêmes règles que tout le monde, y compris en termes d’imposition".

En vidéo

Thierry Frémaux Netflix

Si l’auteur de Volver et Tout sur ma mère ne conteste pas l’évolution technologique, il s’interroge sur les changements de consommation qu’implique la diffusion exclusive de contenus sur le net au détriment des salles : "Les plateformes digitales sont une nouvelle façon de distribuer les œuvres. Mais il ne s’agirait pas que cette forme se substitue aux autres au point d’altérer les habitudes des spectateurs. C’est le cœur du débat."

 

Si le cinéaste espagnol s’est fait applaudir par la salle, celle-ci est restée de marbre lorsque la star américaine a tenu le discours quasiment inverse. "J’ai des enfants de 24, 18 et 16 ans à la maison", a expliqué l’ex-Prince de Bel Air dont l’aîné Jayden joue dans la série Netflix The Get Down. "Ils vont au cinéma 2 fois par semaine et ils regardent Netflix. Pour moi c’est complémentaire. Grâce à Netflix ils ont accès à des films dont ils n’auraient pas accès dans un cinéma sans parcourir des milliers de kilomètres. Pour moi ça élargit leur regard sur le monde."

 

Vedette locale de la quinzaine, la comédienne et réalisatrice français Agnès Jaoui a jugé la polémique très "franco-française", rappelant qu’une entreprise comme Netflix, qui n’a ni siège, ni employé dans notre pays, avait "des droits et des devoirs" vis-à-vis de l'industrie du cinéma. Tout en appelant de ses vœux une révision de la sacro-sainte chronologie des médias sur laquelle la nouvelle ministre de la Culture, l’éditrice François Nyssen, pourrait se pencher rapidement...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques