VIDEO - Cannes 2017 : En pleine polémique Hanouna, "120 battements par minute" décroche le Grand Prix du jury

CHOC - Vainqueur du Grand prix du jury, "120 battements par minute" chronique les années Sida à travers le combat des militants de l’association Act Up, au début des années 1990. Une comédie dramatique et politique qui tombe à pic au moment où un célèbre animateur télé français raille la communauté homosexuelle…

Chronique de l’homophobie ordinaire, suite. Depuis la semaine dernière, Cyril Hanouna est au cœur d’une nouvelle polémique suite à un canular diffusé dans son émission "Touche pas à mon poste". L’animateur vedette de C8 y piégeait des homosexuels en direct par téléphone en se faisant passer pour un bisexuel nommé Jean-José. Une séquence qui a choqué de nombreux téléspectateurs, le CSA ayant reçu depuis plus de 14 000 signalements dénonçant, outre le procédé, la caricature de la communauté LGBT par l’une des personnalités les plus appréciées du jeune public.

 

Présenté samedi dernier en compétition officielle à Cannes, 120 battements par minute vient rappeler deux trois choses à la nouvelle génération au sujet des années Sida. Et de la lutte acharnée du mouvement Act Up, dont fit partie le réalisateur Robin Campillo, auprès des pouvoirs publics, des laboratoires pharmaceutiques et d’une opinion bourrée de préjugés comme l’est encore une partie de la population, 20 ans après. Plutôt qu’un récit didactique, il se focalise sur le couple formé par Sean (Nahuel Perez Biscayart), séropositif et membre fondateur d’Actu Up, et Nathan (Arnaud Valois), un nouvel arrivant qui a réchappé jusqu’ici à la contamination.

"J’ai vécu des choses comme dans le film", a expliqué Robin Campillo ce samedi matin en conférence de presse, à l’issue d’une projection qui a laissé de nombreux journalistes sans voix. Voire carrément au bord des larmes. "J’ai rhabillé un copain sur son lit de mort. J’ai essayé d’aller dans le côté froid, et l’émotion ressort de ce côté divers. J’avais envie qu’il y ait des choses très naïves dans le film, très au premier degré, mais c’est contrebalancé par la difficulté de vivre une histoire d’amour entre un malade et un non-malade", a-t-il précisé.

En vidéo

L'équipe du film "120 battements par minute" au photocall

Au-delà des pitreries laborieuses d’un trublion cathodique, 120 battements par minute fait également écho au calvaire des homosexuels en Tchétchénie, qui scandalise la communauté internationale. "J'espère que des films comme celui-là vont aider à démontrer que pour que les politiques agissent, il faut la pression des gens", a insisté Robin Campillo, par ailleurs président de l'association des élus contre le Sida. Lauréat du Grand Prix du jury, ce long-métrage porté par une troupe de jeunes comédiens d’une grande justesse sortira dans les salles obscures le 23 août prochain.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet