Attentats de Paris : le PSG pas assez compréhensif avec ses joueuses traumatisées ?

Attentats de Paris : le PSG pas assez compréhensif avec ses joueuses traumatisées ?

POLÉMIQUE - Au lendemain des attentats qui ont touché Paris vendredi, le club féminin de la capitale a visiblement eu la mauvaise idée de maintenir un entraînement en vue du 8e de finale retour face Orebro en Ligue des champions mercredi. Une décision qui n'a pas plu à Cristiane, l'attaquante brésilienne reprochant aussi au PSG de pas pris assez soin de ses joueuses.

Ici, on n'aime pas trop les coups de gueule. Coupable d'avoir critiqué en novembre 2014 son président Nasser Al-Khelaïfi, trop peu présent lors des matches de l'équipe féminine du PSG, Laura Georges avait subi en coulisses un recadrage en règle de la part de ses dirigeants. Une mise au point du même genre que devrait recevoir Cristiane, l'attaquante brésilienne arrivée à Paris cet été.

"L’une d’entre nous était au Stade de France. Personne n’a pris contact avec nous"

En cause, les reproches qu'elle a adressés à son club après les terribles attentats de vendredi à Paris : "Le club a pris une décision regrettable, a-t-elle expliqué sur la chaîne brésilienne  SporTV . Ils avaient prévu qu’on s’entraîne dans la matinée (de samedi, ndlr). Certaines joueuses n’étaient pas d’accord. Je n’étais pas d’accord, comme la majorité des étrangères. L’une d’entre nous était au Stade de France. Personne n’a pris contact avec nous, pas un seul membre du club ne nous a envoyé un e-mail pour savoir comment nous allions. Nous sommes tristes, parce que nous nous attendions à un peu plus de soin et d’attention, d’autant plus que nous sommes loin de chez nous, de notre maison, et dans un autre pays. Ça n’a pas été le cas."

L'entraîneur, Farid Benstiti, a tout de même pris la parole devant ses joueuses pour évoquer le drame de la veille avant tout de même de rejoindre le terrain d'entraînement... Mais pas avec l'ensemble de son équipe : "Nous, étrangères, avons décidé de ne pas nous entraîner, parce que nous n’étions pas prêtes psychologiquement pour ça ", conclut Cristiane. 

À LIRE AUSSI
>>  Frank Lebœuf : "Les Bleus ne doivent pas culpabiliser de jouer au foot"
>> EN DIRECT - Les dernières évolutions de l'enquête sur les attentats

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques