Chelsea-PSG (1-2) - Blaise Matuidi : "Adrien Rabiot peut remplacer Marco Verratti sans qu'on voie la différence"

Chelsea-PSG (1-2) - Blaise Matuidi : "Adrien Rabiot peut remplacer Marco Verratti sans qu'on voie la différence"

INTERVIEW - Revenu in extremis de blessure pour disputer la quasi totalité du 8e de finale retour de Ligue des champions remporté (1-2) par son PSG contre Chelsea mercredi soir, Blaise Matuidi est ensuite venu donner le change aux médias avec le sentiment du devoir accompli.

On a senti une joie très mesurée chez les joueurs ce (mercredi) soir...
Oui, parce que rien n'est fait, même si on est très contents. On a gagné mais rien n'est fait. On est qualifiés pour les quarts de finale. Ça a été deux très bons matchs de notre part, face à une belle équipe. On a répondu présent. On a gagné en maturité par rapports aux années précédentes. Maintenant, il faudra le prouver encore en quarts. C'est la 4e fois. Cette année, on a vraiment envie de faire mieux que les saisons précédentes. On va se donner tous les moyens pour ça.

C'est la première fois en trois ans que vous gagnez vos deux matchs contre Chelsea, c'est un signe de votre progression ?
Oui. Après, on ne va pas s'enflammer. On a encore du boulot, on le sait. La Ligue des champions est une compétition très difficile. Il y a de grandes équipes et la remporter dépend de beaucoup de choses. Mais aujourd'hui on a plus d'expérience. Quand ça tangue, on sent plus de calme. Il y a beaucoup de communication sur le terrain. Ce (mercredi) soir, ça nous a permis de ne pas céder dans nos temps faibles et aussi de marquer dans nos temps forts.

Vous n'avez pas douté ?
Non, jamais. On n'a pas eu de craintes. On a été sérieux du début à la fin.

Laurent Blanc a dit que la Ligue des champions est aussi une question de tirage. Qui faut-il éviter au prochain tour ?
Vous savez, quand on arrive en quarts de finale, il n'y a pas de petites équipes. Il y a quand même Barcelone qui est extraordinaire en ce moment. Le Bayern aussi. Le Real... Il faut aussi attendre de voir les derniers 8es. C'est toujours compliqué. En tout cas, peu importe l'équipe que l'on va jouer, il faudra tout donner.

EN SAVOIR + >>  Chelsea-PSG (1-2) : Adrien Rabiot est un gars sûr

Un mot sur la prestations d'Adrien Rabiot ?
(son visage s'éclaire) Beaucoup de gens s'inquiétaient de l'absence de Marco (Verratti) qui, bien sûr, est un joueur très important pour nous. Mais ce match démontre qu'on a un effectif de très grande qualité. Et on a vu que des joueurs comme Adrien, qui sont jeunes mais avec un talent fou, peuvent remplacer des joueurs comme Marco, sans qu'on voie forcément la différence.

Votre papa était dans les tribunes, il avait l'air très tendu...
Il croyait en la qualification. Je pense qu'il avait surtout peur par rapport à la blessure que j'ai eue. Mais il y a eu un énorme travail du staff, du docteur, du kiné, Jérôme, que je tiens à remercier énormément. Parce que c'est fort, ce qu'ils ont fait pour moi. Ce n'était pas facile au début. On a beaucoup bossé ensemble. Ça m'a permis d'avoir la chance de participer à un 8e de finale de Ligue des champions, même avec une lésion aux ischios. J'en suis très heureux. Surtout que ça a tenu... Maintenant, je vais essayer de me reposer un peu quand même. Parce qu'il faut se soigner aussi. Continuer les soins. Ne pas lâcher. Vraiment, je suis très content pour l'équipe. Et pour Marco, qui lui aussi a fait le maximum. Mais c'était plus compliqué... 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques