Domenech trouve "le battage médiatique" autour de Zidane "ahurissant"

Domenech trouve "le battage médiatique" autour de Zidane "ahurissant"

DÉCALÉ - Comme à son habitude, l'ex-sélectionneur des Bleus, qui est allé en finale du Mondial 2006 avec Zizou, livre une analyse fine, mais à contre-courant, de la nomination de son ancien joueur sur le banc du Real Madrid.

Ce ne pouvait qu'être lui. Dans le concert de louange qui accueille le Zinedine Zidane entraîneur depuis lundi, alors que soyons francs, personne ne sait vraiment ce qu'il vaut en tant que technicien à très haut niveau..., peu de réserves, voire pas du tout. En tout cas pas en France. Même Raymond Domenech, pourtant adepte du contre-pied, de l'ironie ou de la petite phrase ambigüe, avait verser dans le positivisme après l'annonce madrilène :  "Zidane au Real, ça va marcher", avait-il même déclaré d'emblée sur  Europe 1 . Sauf que quelques jours plus tard, et avec un peu de recul, le naturel de l'ancien coach des Bleus est revenu au galop dans un entretien au Monde publié jeudi.  

"Dieu est revenu ! C’est beau ! C’est ahurissant ce battage médiatique. Les chaînes d’infos en continu comme BFM-TV et i-Télé ont arrêté leur programme pour faire des éditions spéciales Zinédine Zidane, constate un Domenech redevenu fielleux. Tout d’un coup, il n’y avait plus de conflit entre l’Arabie saoudite et l’Iran, plus de problème d’économie mondiale. Notre société marche sur la tête. Mais Zidane n’y est pour rien". Quand même, on sent que tout ça agace un peu celui qui été une des personnalités les plus détestées des Français.

"Zidane n'est pas un gentil"

"Zidane, lui, c’est un mythe, explique encore l'ancien technicien. Un mythe capable de susciter des émotions chez les gens et pas seulement positives. Ce n’est pas une star lisse, ce n’est pas un gentil mec. Il est capable de tout, et c’est ce qui en fait un dieu humain". Faisant référence à mots couverts au fameux coup de boule de Zizou lors de la finale perdue de la Coupe du monde 2006, Domenech est tout aussi elliptique lorsqu'il s'agit de juger des capacités d'entraîneur de son ancien meneur de jeu.

"Aujourd’hui, il y a quelqu’un pour préparer les séances d’entraînement, il y a quelqu’un pour s’occuper de la préparation physique… à la place de l’entraîneur, juge Domenech. Pour entraîner, en 2016, il faut deux choses : une image et du poids par rapport aux joueurs. Il faut avoir une image qu’on fait passer auprès des médias et que les joueurs doivent accepter." Bref, si ça marche pour Zidane, ce sera parce que c'est Zidane, et pas forcément parce qu'il est bon.

À LIRE AUSSI
>>  Zizou entraîneur, ça vaut quoi au juste ?
>> Retrouvez ici toute l'actu sport de metronews

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques