Eric Dupond-Moretti prend la défense de Benzema et dézingue Libé... et Valls

Eric Dupond-Moretti prend la défense de Benzema et dézingue Libé... et Valls

REACTION - Après la parution de l’article dans Libération jeudi, expliquant que Karim Benzema avait été entendu comme témoin dans le cadre d'une information judiciaire pour "blanchiment en bande organisée" et "blanchiment de trafic de stupéfiants", Eric Dupond-Moretti n’a pas tardé à réagir. Le nouvel avocat de l’attaquant du Real Madrid a notamment fustigé les propos tenus par le Premier ministre, Manuel Valls.

Mardi 15 mars, Manuel Valls, au micro de RMC, estimait que “les conditions aujourd'hui n'[étaient] pas réunies pour que Karim Benzema” revienne en équipe de France. “Par rapport à la jeunesse, un grand sportif se doit d'être exemplaire", ajoutait même le Premier ministre. Des propos qui n'avaient pas plu à l’attaquant du Real Madrid et son entourage. Le joueur formé à l’Olympique Lyonnais n’a pas tardé à réagir sur Twitter.

À LIRE AUSSI >>  Benzema répond à Valls sur Twitter

Eric Dupond-Moretti, nouvel avocat
 
Jeudi 17 mars, après la publication dans Libération d’un article affirmant que Karim Benzema avait été entendu, il y a deux mois, comme témoin dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 17 septembre 2015 par le parquet de Paris pour "blanchiment en bande organisée" et "blanchiment de trafic de stupéfiants", le numéro 9 des Merengue a décidé de changer d’avocat. Adieu Jacubowicz, c'est le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti qui a été chargé d’assurer la défense de l’international français.

Pour sa première sortie médiatique, sur les ondes de RMC , l’avocat, qui a notamment défendu les intérêts de Bernard Tapie, des frères Karabatic ou  de Mohammed VI, a estimé que " l’article de Libé  [titrait] violemment mais dans le corps du texte, se fait plus subtil. Mais le mal est fait". Avant d'annoncer qu'il allait assigner le journal en justice. Dans l'article, on apprenait d'ailleurs que le juge du pôle financier Renaud Van Ruymbeke, en charge de l’enquête, semblait "à ce stade écarter une responsabilité directe du footballeur", qui, toujours selon des sources citées dans l'article, se serait "fait avoir".

Charges contre Manuel Valls

Eric Dupond-Moretti a ensuite sévèrement critiqué les propos tenus par Manuel Valls. "Il y a aussi l’intervention du Premier ministre. Dans l’équipe du gouvernement, il y a deux condamnés. Vous avez entendu Didier Deschamps demander à ce que Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir soient sortis de l’équipe ? Deschamps s’est mêlé de la composition de l’équipe du gouvernement ? Non. Et pourquoi Valls se mêle-t-il de la composition de l’équipe de France ?", s’est exclamé l’avocat avant de conclure : "Les politiques se mêlent de tout. Je trouve ça scandaleux". 

EN SAVOIR + >>  Karim Benzema : et maintenant, une affaire de "blanchiment de trafic de stupéfiants" ?

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques