Euro 2016 : l'équipe de France "a envie d'aller au bout", raconte Giroud

Euro 2016 : l'équipe de France "a envie d'aller au bout", raconte Giroud

CONFIDENCES – A l'heure de retrouver le FC Barcelone en 8e de finale de la Ligue des champions ce mardi soir, Olivier Giroud s'est longuement confié dans les colonnes de L'Equipe. L'attaquant d'Arsenal évoque ce gros choc européen tant attendu, ainsi que l'Euro 2016 qui se déroule en France. Pour le joueur, c'est peut-être bien la saison de tous les records.

La quatrième saison d'Olivier Giroud sous le maillot d'Arsenal pourrait bien être la plus belle et la plus riche de la carrière de l'attaquant français de 29 ans. Après avoir été écarté du onze de départ en début de saison, l'attaquant français a retrouvé une place de titulaire indiscutable à l'heure où les Gunners entament une folle dernière ligne droite partagée entre la quête du titre de champion d'Angleterre qui leur échappe depuis 2004 et la Ligue des champions avec ce rendez-vous tant attendu face à Barcelone, mardi soir. Sans oublier, l'Euro 2016 en juin prochain, un objectif majeur dans l'esprit de l'ancien joueur de Montpellier. Un programme chargé longuement évoqué par Giroud dans les colonnes de L'Equipe ce mardi.

Le 8e de finale face à Barcelone
"On tire la meilleure équipe du monde à l’heure actuelle, celle contre qui personne ne voulait tomber. C’est la première fois que je vais affronter le Barça, je trouve le challenge super excitant. Les deux équipes ont des philosophies de jeu qui se rapprochent, la possession de balle, des redoublements de passes, même si on s’attend à beaucoup souffrir et à beaucoup courir. La MSN ? Ils s’entendent à merveille, sont très complémentaires et se trouvent les yeux fermés. C’est peut-être ce qui se fait de mieux dans le monde entier."

EN SAVOIR +
>> EN DIRECT - Suivez le live Arsenal - Barça sur metronews
>> 3 raisons de croire au succès de Barcelone

Le titre de champion d'Angleterre
"Le Championnat est tellement relevé, tellement bizarre, que le titre se jouera à beaucoup moins de points que les années précédentes. Mais on n’a jamais été aussi proches du premier à cette période-là de l’année, alors, on y croit forcément. Pourquoi pas nous ? Je ne pense qu’à une seule chose, c’est gagner ce titre prestigieux. Et je sais qu’Arsenal peut le faire avec moi. It’s not only up to me” (ça ne tient pas qu’à moi), comme on dit. Même quand certains d’entre nous marquent moins, comme ça peut être mon cas en ce moment, d’autres prennent le relais, comme Danny (Welbeck) ou Theo (Walcott)."

Les critiques dont il fait l'objet
"Depuis que je suis arrivé à Arsenal, en 2012, on a souvent remis en cause le fait que le club pouvait gagner avec moi. C’est vrai que je ne suis pas un attaquant qui met vingt-cinq buts par saison en Championnat, comme peut le faire Agüero ou comme l’a fait Van Persie deux fois. Je comprends qu’Arsenal ait besoin d’un attaquant qui marque beaucoup de buts, entre vingt-cinq et trente, et c’est mon objectif cette saison. Je n’ai pas envie de perdre de l’énergie non plus à écouter les commentaires des uns et des autres. L’important, c’est qu’Arsenal gagne, que je marque ou pas."

L'Euro 2016... en tant que titulaire ?
"C’est compliqué de me prononcer, surtout qu’on n’a pas le fin mot de l’histoire. Je ne veux pas me préparer trop tôt au mois de février et faire des prévisions. Il peut se passer beaucoup de choses. C’est un moment important dans ma carrière, c’est un Euro en France. J’attendais déjà avec impatience le Mondial brésilien, où j’ai eu la chance de débuter deux matches, j’ai été fier. Je me sens prêt, mais je ne m’imagine pas encore dans la peau d’un titulaire ou d’un remplaçant. Savoir si je vais débuter ou pas, ce n’est pas une priorité pour moi. On a de bonnes chances d’aller en huitièmes et on a envie d’aller bien au-delà, d’aller au bout, on ne s’en cache pas."

A LIRE AUSSI >> Franck Ribéry savoure sa "nouvelle vie" avec le Bayern Munich

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques