Football Leaks dévoile l’étrange accord financier entre Doyen Sport et le Sporting Gijon

Football Leaks dévoile l’étrange accord financier entre Doyen Sport et le Sporting Gijon

AFFAIRES - Des documents confidentiels dévoilés ce mardi par le site Football Leaks, révèlent un accord bien étrange entre Doyen Sports et le club espagnol du Sporting Gijon. Quand un puissant fonds d’investissement arrive à contrôler tout un club.

Même les sociétés les plus véreuses spécialisées dans le crédit n’oseraient pas proposer de tels taux d'intérêt. Et pourtant, le puissant fonds d’investissement Doyen Sports l’a fait. La victime, consentante, le Sporting Gijon, pensionnaire de la Liga espagnole. Ce mardi, le site Football Leaks, qui révèle des documents confidentiels, dévoile l’accord, signé en 2011, entre les deux parties. Le club des Asturies, en proie à des grandes difficultés financières, a reçu deux millions d’euros de la part de Doyen Sport pour combler leur dette.

Doyen Sports contrôle le club

Sauf qu’en échange de cette somme, les contreparties sont énormes, révèle le site . En effet, le club s’engage de fait à "céder les droits économiques des joueurs de son équipe, jusqu’à un retour équivalant à sept millions d’euros". David Barral, Oscar Trejo (aujourd’hui à Toulouse) ou Roberto Canella et six autres joueurs sont concernés par cet accord. "Le club était également tenu de verser 20 % des droits économiques des autres joueurs de l’équipe dont il est détenteur des droits fédéraux, jusqu’à un retour équivalant à trois millions d’euros", révèle le contrat passé entre Doyen Sports et le Sporting Gijon. Deux millions d’euros prêtés, dix millions d’euros récupérés, soit 500% d’intérêts. L’affaire est rondement menée.

EN SAVOIR + >> Dans les coulisses de la bataille Football Leaks - Doyen Sports

Au-delà de ces sommes folles, cet accord montre la part importante qu’a prise le fonds d’investissement dans la politique de recrutement du club. En effet, l’accord prévoit que le Sporting devait informer le fonds d’investissement si des joueurs étaient prolongés. En cas de rénovation, Doyen Sport pouvait exiger de la part du club le payement de la valeur de vente du joueur. Le Sporting devait par ailleurs obligatoirement vendre les footballeurs inclus dans la liste, en cas d’offre similaire au prix de vente fixé. Concrètement, le club n’a pas eu d’autre choix que de vendre, par exemple, Oscar Trejo lorsque Toulouse s’est montré intéressé en 2013.

Le contrat "n'a pas pris effet"

Face à ces révélations, le Sporting Gijon a publié un communiqué sur son site Internet affirmant n'avoir payé au fonds d'investissement la somme de "250.000 euros". Loin des dix millions cités par Football Leaks. Les Galiciens affirment également que ce contrat n'a "jamais pris effet".

A LIRE AUSSI >> Les révélations croustillantes du patron de Doyen Sports sur l'OM

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques