"Ici c’est Paris" : la nouvelle bataille entre le PSG et ses supporters

"Ici c’est Paris" : la nouvelle bataille entre le PSG et ses supporters

FOOTBALL - "Ici c’est Paris", un simple slogan qui, aujourd’hui, oppose supporters anciens membres des groupes ultras et les dirigeants du PSG. Le club parisien a saisi la justice pour récupérer la marque, déposée par les Supras, afin de pouvoir la commercialiser librement. L’association de supporters a attaqué le club pour contrefaçon.

Décidément, entre les supporters et la direction du PSG, ce n’est pas l’amour fou. Après avoir été exclus du Parc des Princes à cause du plan Leproux, les Ultras parisiens pourraient bientôt perdre une autre bataille. "Ici c’est Paris", simple slogan chanté par les fans, est devenu le centre d’une opposition entre les Supras Auteuil et le club champion de France en titre. En effet, l’AFP rapporte ce mercredi que le Paris Saint-Germain a saisi la justice pour récupérer la marque "Ici c'est Paris" auprès de l’association de supporters, qui a de son côté attaqué le club pour contrefaçon.

Le patrimoine des supporters

En 2008, les Supras avaient déposé la marque qui reprend une phrase emblématique des supporters du club parisien, née en 2001 dans les travées du Parc des Princes et aujourd'hui détenue par l'association Défense des droits des supporters. Mais elle n'était pas exploitée, selon l'assignation délivrée par le PSG, que l'AFP a réussi à se procurer. Le club de la capitale avait alors proposé à l'association de la lui racheter pour 2 000 euros. Les discussions n'ayant pas abouti, le club a lancé début décembre une action devant le tribunal de grande instance de Paris en "déchéance de marque", afin de pouvoir l'exploiter.

À LIRE AUSSI >> Blaise Matuidi secoue les supporters du PSG
>> Les banderoles des Stéphanois lors du match face au PSG

Seulement, “depuis 2010 au moins, selon Maître Jean Aittouares, avocat de l’association de supporters, le PSG utilise la mention "Ici c'est Paris" sur des produits dérivés qu'il commercialise. "Ce qui me choque, c'est que le club ait éradiqué ses supporters pour ne plus avoir que des spectateurs" et veuille "leur prendre ce qui constitue leur patrimoine", a déclaré à l'AFP le magistrat, qui juge "dommage" que cette phrase aille finir "sur des t-shirts à 50 euros". Pour Christophe Uldry, porte-parole de Défense des droits des supporters, le slogan “n'a d'intérêt que parce que ça a une histoire, une histoire qui est la nôtre". L’association demande une provision de 60 000 euros au PSG. Argent qui serait reversé à des associations caritatives si la procédure aboutie favorablement.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques