Karim Benzema : "J'ai fait le malin, j'ai fait l'acteur"

Karim Benzema : "J'ai fait le malin, j'ai fait l'acteur"

FOOTBALL - Lors de sa seconde audition devant la juge d'instruction, en charge de l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, Karim Benzema a reconnu avoir menti à son coéquipier au sujet de la vidéo et justifié son attitude. Avant d'évoquer la souffrance de ses proches.

Il n'y aura donc pas eu une audition dans le bureau de Nathalie Boutard qui n'aura pas fuité dans la presse. Ce vendredi, c'est Le Parisien qui révèle ce qu'a dit Karim Benzema à la juge d'instruction en charge de l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena le 28 janvier, date de sa seconde convocation. Catégorique, le quotidien affirme au passage que la magistrate ne souhaite pas lever le contrôle judiciaire qui empêche les deux hommes de jouer ensemble en équipe de France. Voici les déclarations à retenir de l'attaquant du Real Madrid.

Sur la fameuse vidéo intime de Mathieu Valbuena
"C'est un truc dégueulasse. Je suis quelqu'un de familial. Moi, je vois un truc comme ça, je pense à la famille. C'est un truc de malade. J'ai hésité à en parler à Mathieu. Mais après, je me suis dit que je l'aimais bien. J'ai pris ça à coeur. Mon ami (Karim Zenati) m'a dit qu'on voit tout. Si on voit tout, c'est que la personne, elle est toute nue. La personne, c'est Mathieu Valbuena. (...) Karim Zenati me dit qu'il faut que je le mette au courant. Il me dit que c'est un truc chaud. (…) Franchement, il n'a pas besoin de trop me convaincre, il m'en parle, je réfléchis, je me pose la question. Il m'en a pas parlé pendant dix jours à me matraquer. Ça a été une fois, et j'ai dit OK."

Sur son mensonge
"J'aurais dû lui dire que je ne l'avais pas vue. Mais j'ai fait le malin, j'ai fait l'acteur, sur ce coup-là. Tout simplement. C'est comme quand on décrit un film et qu'on ne l'a pas vu. Je ne l'ai jamais vue, cette vidéo."

À LIRE AUSSI >>  Chantage à la sextape : la levée du contrôle judiciaire s'éloigne pour Benzema

Sur son rôle présumé d'intermédiaire (qui lui a valu une mise en examen)
"C'est juste amical. Le quelque chose derrière, il n'y en a pas. Pour moi, à la base, y avait aucune histoire d'argent. Je vais pas le répéter vingt fois, pour moi, l'argent, j'en ai, Dieu merci. (...) Zenati, c'est quelqu'un qui est respecté. Donc, s'il dit que ça sort pas, ça sort pas. Après, de quelle manière, je ne sais pas, mais il est respecté de partout. Sur Lyon et même ailleurs. Il pouvait aider Valbuena pour que la sex-tape ne sorte pas et pour d'autres problèmes, pas que pour ça, on sait jamais."

Sur les déclarations de Mathieu Valbuena, affirmant avoir eu "peur" quand Karim Benzema est venu lui parler à Clairefontaine
"Je ne peux pas l'imaginer. Quelqu'un qui a peur, c'est pas comme ça, tu dis pas 'merci frérot', tu marches pas à côté de moi avant le match à rigoler, tu me sautes pas dans les bras après. Quand je vois ça, je me dis que je ne sais pas qui lui a dit de dire ça, mais que la conversation qu'on a eue dans la chambre n'a rien à voir avec ça. Il y a un réel décalage entre la discussion et tout ce qui sort dans la presse."

EN SAVOIR + >>  Affaire de la sextape : "Karim Benzema m'a fait peur et il m'a menti", a dit Mathieu Valbuena à la juge

Sur la façon dont il vit l'affaire
"Je suis énervé, franchement, grave énervé par rapport à tout ce qui est sorti, dans la presse. On m'a sali, par rapport à ma famille, me voir sur toutes les chaînes, pour rien du tout. Comme si j'étais un terroriste (sic). Ce n'est même plus l'affaire de la sextape de Valbuena, c'est l'affaire Benzema. Je suis comme un fou, je suis dégoûté. Heureusement que j'ai un bon mental, je résiste à tout ça, mais franchement c'est un truc de fou. Mes neveux et nièces qui vont à l'école se font insulter. Je reçois des lettres de menace chez moi. Ça, je m'en fous. C'est plus la souffrance de mes parents, ça fait mal quand tu vois ton père et ta mère qui pleurent."

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques