Ligue 1 : comment Nabil Dirar et Tony Chapron ont créé un conflit entre arbitres et joueurs

Ligue 1 : comment Nabil Dirar et Tony Chapron ont créé un conflit entre arbitres et joueurs

FOOTBALL - Samedi, le Monégasque Nabil Dirar a été expulsé par l'arbitre Tony Chapron. Ce jeudi, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) se saisira de son cas. Entre-temps, le syndicat des arbitres et celui des joueurs ont pondu deux drôles de communiqués. Olivier Lamarre, le président du Syndicat des arbitres du football d'élite (SAFE), nous éclaire sur les circonstances qui ont conduit à la naissance d'un véritable conflit entre ces deux corporations.

Un "silence assourdissant", selon les termes employés par le Syndicat des arbitres du football d'élite (SAFE) dans son communiqué de mardi. Et puis beaucoup de bruit, suite à celui qu'a pondu, en réaction, l'UNFP, le syndicat des joueurs de football professionnel, mercredi. À l'origine de cette passe d'armes : le "coup de tête" (dixit le SAFE) qu'aurait donné Nabil Dirar à l'arbitre Tony Chapron, samedi dernier, durant le derby entre l'AS Monaco et l'OGC Nice (1-0), qui a conduit à l'expulsion du joueur monégasque. Et qui lui vaudra de voir son cas examiné par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) ce jeudi. Comment en est-on arrivé à ce que les deux plus importantes corporations du foot pro se déchirent aujourd'hui sur la place publique ?

Dans le détail, le SAFE évoque un "coup de tête à un arbitre" à "la portée symbolique très forte". "On ne peut pourtant rester sans voix devant un acte aussi répréhensible et qui n'a pas lieu d'être sur un terrain de football - ni ailleurs, ni contre quiconque. Agresser un arbitre de la sorte et bénéficier ensuite d'une telle omerta confine, si ce n'est à valider de tels agissements, à les banaliser. C'est proprement intolérable", développe le premier communiqué . Dans le second , l'UNFP, elle, dénonce une manière "d'exercer une pression directe sur la commission de discipline". Puis de conclure : "À revoir les images, il est évident qu'il n'y a pas la moindre volonté chez Nabil Dirar d'attenter à l'intégrité physique de Tony Chapron."

Sur les images de l'incident circulant actuellement sur internet (à voir en cliquant ici ), ce n'est effectivement pas très net. Sur celles que le SAFE a tenu à nous transmettre, en revanche, il y a effectivement matière à en débattre. Jugez plutôt, à l'aide de la capture écran ci-dessous.

S'agit-il pour autant d'un "coup de tête" à proprement parler ? "Il y a eu choc de tête, puisque une tête a heurté une autre tête, comme l'ont dit les commentateurs de la chaîne qui diffusaient le match. J'ai beau chercher les mots, il n'y en pas d'autres, répond à metronews Olivier Lamarre, qui a succédé à Stéphane Lannoy à la tête du SAFE le 25 septembre dernier. Bien sûr, le joueur ne risquait pas de casser le nez ou le front. Plein de gens, y compris les joueurs qui m'ont appelé pour me faire part de leur incompréhension, m'ont posé cette question-là, mais les images parlent d'elles-mêmes. D'ailleurs, quand l'arbitre met son carton rouge, il montre clairement du doigt son front. La commission de discipline ne pourra pas ignorer cet aspect-là."

L'ancien arbitre professionnel nous raconte ensuite comment est né le communiqué de la discorde : "Tony en a parlé aux dirigeants, à ses collègues arbitres, au délégué du match et aux gens qui reçoivent à Monaco, après la rencontre. Il a aussi mis un rapport à disposition de la commission de discipline. Puis il est venu me dire dimanche qu'il avait reçu un coup de tête. Pour tout vous dire, je n'y ai pas cru. J'ai lu la presse, j'ai regardé les émissions de foot... J'ai donc demandé à Tony s'il parlait d'un autre incident, qui aurait eu lieu en dehors du terrain. Puis j'ai revisionné les images et j'ai vu qu'il avait raison, que c'était un truc énorme. On a laissé passer 36 heures, pour attendre que quelqu'un en parle. Mais comme personne ne l'a fait, on a considéré que c'était notre devoir."

En épluchant les journaux et les sites internet ayant traité le sujet, on lira en effet que Nabil Dirar a été expulsé "pour avoir défié l'arbitre yeux dans les yeux" ou expressions du même genre. Jamais qu'il s'agissait d'un "coup de tête". Du coup, il est permis de se demander si cette formulation ne risquera pas, au final, de causer du tort à Tony Chapron. "Aujourd'hui, tout le monde me dit que j'exagère. À tous, j'ai envoyé les images. Que les gens prennent le temps de regarder. Notre mission est justement de protéger les arbitres d'élite pour ne pas que cela se répercute au niveau départemental, quand un arbitre se retrouve seul. On ne peut pas passer sous silence ce qui est un choc de tête, donc un coup de tête", persiste Olivier Lamarre.

Reste cette accusation de vouloir forcer la main à la commission de discipline. Le SAFE attend-il une sanction exemplaire ? "Ce que nous dénonçons, c'est que la tête d'un joueur a touché la tête d'un arbitre au plus haut niveau, qui doit être exemplaire notamment vis-à-vis des enfants, et que personne ne s'en est ému. Nous ne voulons pas accabler le joueur, d'autant qu'il a reconnu sa faute, nuance le président du syndicat. C'est très bien qu'il se soit rendu compte de sa bêtise, mais c'est facile. De toute façon, ce n'est pas de lui qu'il s'agit mais de son geste. Il faut que la sanction soit juste et ferme. (il insiste) Juste. Et ferme (rires)." La preuve, finalement, que même les arbitres peuvent en rire. Ce qui est quand même un peu rassurant.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques