Malgré les finances de la Fifa, Sepp Blatter touchait un salaire (très) confortable

Malgré les finances de la Fifa, Sepp Blatter touchait un salaire (très) confortable

ARGENT - Depuis plusieurs mois, lorsque l'on évoque la Fifa et sa présidence, on parle évidemment gros sous et corruption. Récemment élu à la tête de l'instance dirigeante du foot mondial, Gianni Infantino a donc décidé de lancer une opération transparence totale, révélant aussi le salaire confortable de son prédécesseur Sepp Blatter...

C'était un secret jusque-là bien gardé. Si de nombreuses rumeurs circulaient depuis plusieurs années sur le salaire "officiel" de Sepp Blatter à la tête de la Fifa (de 1998 à décembre 2015), en novembre dernier un dirigeant de l'instance évoquait notamment la somme de 8 millions d'euros par an, les émoluments du Suisse étaient restés jusque-là confidentiels.

Mais ça, c'était avant la destitution puis la suspension de l'intéressé, et surtout l'élection de son successeur Gianni Infantino le 26 février dernier. Car ce dernier a décidé de lancer une opération "mains propres" au sein de la Fifa, au cœur d'un vaste scandale de corruption depuis près d'un an. Alors, histoire de tourner la page, le nouveau patron du foot mondial vient de publier un rapport dans lequel sont exposés les agissements répréhensibles des anciennes équipes dirigeantes.

Blatter a touché 3,3 millions d'euros en 2015, tandis que la Fifa en perdait 108...

Surtout, Infantino a transmis à la justice américaine des documents "pour réclamer des dizaines de millions de dollars", dont la Fifa estime avoir été spoliée ces dernières années. Et dans ces dossiers, on découvre enfin le salaire de Blatter qui, même s'il est loin des sommes précédemment évoquées, atteignait tout de même 3,3 millions d'euros en 2015 (soit 270.000 par mois).

Une somme pas forcément déraisonnable vu la puissance de l'organisation et ce que touchent les PDG de grandes multinationales (Tim Cook, le boss d'Apple, a par exemple émargé à 8 millions d'euros en 2014), mais qui tranche avec des pertes inédites depuis 2002 pour la Fifa l'an dernier (-108 millions d'euros). Un déficit évidemment imputable aux scandales de corruption qui ont fait perdre des sponsors à l'organisation et l’ont empêché d'en trouver de nouveaux.

Reste que Blatter, à cause de cette contre-performances économiques de la Fifa,  a tout de même dû s'asseoir sur son habituel bonus, ce qui explique peut-être le complet très "Causette" que le Suisse a tenu le mois dernier sur RMC, expliquant qu'il n'était "pas riche" et qu'il n'avait travaillé que "pour être au service du football"... Qui le lui a donc tout de même bien rendu. 

À LIRE AUSSI
>>  Affaire Platini/Blatter : la FFF perquisitionnée !
>> Retrouvez toute l'actu sport de metronews

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques