On a vu Serge Aurier en CFA

On a vu Serge Aurier en CFA

COME BACK – Mis à l'écart du groupe professionnel jusqu'au 20 mars, Serge Aurier effectuait ce samedi après-midi son grand retour sous le maillot du Paris Saint-Germain avec la CFA du club de la capitale. Lors de la victoire du PSG dans le derby face à Poissy (3-0), l'Ivoirien s'est montré tranchant et s'est comporté comme un leader sur le terrain. Récit.

Le temps d'un match, Serge Aurier a troqué son habituelle tunique floquée à son nom et du numéro 19, pour un maillot du Paris Saint-Germain flanqué du numéro 2, le règlement du Championnat de France amateur obligeant les joueurs à porter des maillots numérotés du 1 au 11. Une façon de lui rappeler où il avait mis les pieds, loin du strass et des paillettes du Parc des Princes. Un peu plus d'un mois après ses insultes proférées à l'encontre de certains de ses coéquipiers et de Laurent Blanc sur l'application Periscope, l'Ivoirien faisait donc son grand retour à la compétition dans un derby bouillant entre Poissy, leader de la CFA, et la réserve du club de la capitale.

Aurier se mue en leader de son équipe

L'attraction du jour s'est fait attendre, mais elle est finalement entrée en dernier sur la pelouse du Camp des Loges devant un stade Georges Lefèvre bondé et évidemment curieux de revoir à l'œuvre un joueur qui n'avait plus joué avec Paris depuis le 10 février dernier. En atteste les présences simultanées de Matuidi, Rabiot, Kurzawa, Augustin, Kimpembe, Nkunku, Georgen, venus soutenir leur partenaire, mais surtout celle de Nasser Al-Khelaïfi. Un geste loin d'être anodin de la part du président du PSG. Titulaire dans le couloir droit, Aurier, du haut de ses 23 ans et de ses 137 matches de L1, s'est tout de suite affirmé comme le leader de sa formation en venant tout d'abord donner une accolade à chacun de ses coéquipiers quelques secondes avant le coup d'envoi et de leur glisser un petit message de soutien, avant d'en faire de même au cours de la rencontre.  

EN SAVOIR + >> Pourquoi le PSG était réticent à faire jouer Aurier en CFA

Tout au long de la partie, on a vu le défenseur parisien très concerné. Il a gesticulé, replacé ses partenaires et n'a pas hésité à leur prodiguer quelques précieux conseils en tête à tête dès que le jeu s'arrêtait. Et plus particulièrement à Kévin Rimane... le capitaine de l'équipe réserve. "Kévin reste là, reste là", "Attention Kévin, ça vient", "Vas-y, avance, avance", lui a-t-il lancé à plusieurs reprises. Aurier avait faim et cela s'est vu. Après une entame plutôt timide, l'ancien Lensois est monté en régime, à l'image de ce magnifique retour dans les pieds de l'attaquant adverse (15e) qui s'était alors ouvert le chemin du but, ou de cette intervention acrobatique, dans sa surface de réparation, pleine d'autorité (30e).

Les supporters adverses demandent le remplacement d'Aurier

"Sortez-le !", criait un supporter de Poissy, remonté, et certainement frustré de voir "qu'un joueur de Ligue des champions se retrouve en CFA" comme l'avait déjà souligné son entraîneur avant la rencontre. Ce dernier estimait dans le même temps que le PSG "faussait le Championnat" en le titularisant. Cependant, il n'aurait pas été mécontent de voir un de ses joueurs ouvrir le score en fin de première période après avoir remporté son duel avec Aurier, exceptionnellement dominé physiquement.

A LIRE AUSSI >> Des retrouvailles chaleureuses entre Sirigu et Aurier

Après la pause, si l'Ivoirien s'est montré plus discret (par peur de se blesser ?), il a continué à dérouler son football et fait preuve de sérénité dans sa surface en relançant proprement quelques ballons chauds. Et il a ensuite pu apprécier l'ouverture du score sur penalty de Hervin Ongenda (51e), l'autre "banni" de l'équipe première. En revanche, c'est depuis le banc qu'il a assisté aux deux derniers buts du PSG, puisqu'il a finalement cédé sa place à la 76e minute. Une remise en jambes convaincante pour Aurier qui s'apprête, dorénavant, à retrouver la sélection ivoirienne pour une double confrontation avec le Soudan dans le cadre des éliminatoires de la CAN. A son retour à Paris, il devrait cette fois-ci prendre la direction du Camp des Loges. "Le vrai". Celui situé à une centaine de mètres des terrains d'entraînement de la CFA qu'il a foulé durant près d'un mois.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques