PSG : après le triomphe, le chaos

PSG : après le triomphe, le chaos

INCIDENTS - La célébration du titre de champion de France du PSG a tourné à l'affrontement entre des casseurs et les forces de l'ordre, lundi au Trocadéro. Au lieu d'une fête, Paris a été le théâtre de scènes de pillages et de vandalisme qui posent question.

Nasser al-Khelaïfi est un homme soucieux de la bonne image véhiculée par le Paris Saint-Germain. Agacé par les cartons rouges récoltés par les joueurs du club de la capitale avant son sacre dominical à Lyon, le président qatari a dû être horrifié par les scènes survenues lundi au Trocadéro. Ce qui devait être une fête, celle donnée en l'honneur du premier titre de champion de France glané par les Parisiens depuis dix-neuf ans, a tourné à l'affrontement entre les forces de l'ordre et des groupuscules de jeunes décidés à en découdre. Au menu : pluie de projectiles en tout genre d'un côté, gaz lacrymogènes de l'autre.

Plus qu'un défouloir, l'événement a tourné à l'émeute, avec des scènes de pillages et de vandalisme dans la capitale. La remise du trophée Hexagoal par Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel (LFP), au capitaine parisien Thiago Silva, censée être le point d'orgue de cette cérémonie festive, relève de l'anecdote. Partis du Parc des Princes en bus à impériale, les nouveaux champions de France n'ont en effet passé que cinq minutes sur le podium pour des questions de sécurité. La faute au chaos ambiant, illustré par un un océan de fumigènes ou la prise d'assaut d'un échafaudage voisin.

"Une soirée terrible"

Commencée dans une ambiance bon enfant et rythmée par d'inévitables chants anti-marseillais, la cérémonie, qui a réuni quelque 10.000 personnes au pied de la statue équestre du maréchal Foch, a pourtant basculé au fur et à mesure du remplissage de la place du Trocadéro. "Quelques ultras ont commencé, ils ont été débordés par des bandes de racailles. On n'est plus dans le sport, c'est un problème sociétal", constate un observateur avisé du club, évoquant "une soirée terrible", qui a tourné court pour les stars du PSG, réfugiées au Parc des Princes après que leur parade en bateau prévue sur la Seine a été annulée.

Les dirigeants du club parisien, mais surtout les pouvoirs publics, vont désormais devoir se poser les bonnes questions. Fallait-il, notamment, organiser un tél événement sur la voie publique sans déployer un dispositif de sécurité adéquat ?

Plus d'articles

Sur le même sujet