PSG : Javier Pastore, le retour du grand perdant

PSG : Javier Pastore, le retour du grand perdant

FOOTBALL - Plus de deux mois après son dernier match avec le PSG, Javier Pastore effectue son retour dans le groupe des triples champions de France ce vendredi. L'Argentin, annoncé sur le banc au départ du match contre Bastia (20e j. de L1), a du retard à rattraper. Rappel des faits...

Il avait été l'un des meilleurs Parisiens de la saison passée, au point de faire partie des quatre joueurs de Ligue 1 nommés en fin d'année pour remporter le titre très honorifique décerné par l'UNFP. Finalement devancé par le Lyonnais Alexandre Lacazette (comme ses partenaires Zlatan Ibrahimovic et Marco Verratti), le créateur argentin pensait certainement qu'au vu du travail accompli, il n'aurait pas trop à s'inquiéter pour sa place de titulaire au PSG. En septembre dernier, après sa quatrième titularisation en six journées de L1, l'ancien de Palerme osait même : "Si je suis bien physiquement, je suis tranquillement dans le onze." C'était effectivement sans compter les blessures... ni la concurrence.

Pour cette saison, c'est cuit

Les très nombreux observateurs qui gravitent autour du richissime club parisien avaient fait les calculs cet été : l'arrivée d'Angel di Maria devait sortir un joueur du onze et son compatriote Javier Pastore semblait tout trouvé pour lui céder la place. "El Flaco", joueur imprévisible, fluet et qui a besoin d'être libre sur le terrain, a des caractéristiques très proches de celles de Di Maria. Pour certains entraîneurs frileux, voire rigides, associer ces deux profiles est impensable, ceci n'offrant pas l'assurance d'un onze bien équilibré, qui réduit les risques de mauvaises surprises. Par ailleurs, imaginer retirer le vieillissant mais charismatique Zlatan Ibrahimovic pour permettre à Pastore de rester titulaire n'a pas été envisagé. Même raisonnement avec la possibilité de voir Di Maria retrouver un poste de relayeur gauche avec lequel il a réalisé la meilleure saison de sa carrière à Madrid. Il aurait fallu pour cela envoyer l'important Blaise Matuidi sur le banc.

Embêté par une conjonctivite persistante et des blessures à un mollet puis à un adducteur, Javier Pastore a passé beaucoup de temps loin des terrains cette saison et n'a plus joué depuis le 21 octobre dernier. Mais il avait bien été envoyé sur le banc, comme cela avait été prédit, avant ces pépins physiques. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder son temps de jeu lors des quatre gros matches qui ont précédé ses blessures : le créateur argentin n'en a débuté aucun, disputant 19 minutes contre l'OM en Ligue 1 (2-1), 15 contre Malmö (2-0), 8 contre le Shakhtar Donetsk (0-3) et 23 contre le Real Madrid (0-0) en Ligue des champions. A chaque fois, c'est Angel Di Maria qui lui a été préféré et, sauf blessure d'un "cadre" de l'équipe, on imagine mal comment l'exercice en cours pourrait se terminer autrement. Charge au PSG et à Laurent Blanc de ne pas le regretter, notamment en février prochain lors des huitièmes de finale de la C1 contre Chelsea...

A LIRE AUSSI
>> Mercato PSG : que va bien faire Javier Pastore ?
>> PSG : Javier Pastore, à quand le retour ?

À suivre

Rubriques