PSG-Monaco (0-2) : Laurent Blanc, David Luiz et Blaise Matuidi dédramatisent (et ils ont bien raison)

PSG-Monaco (0-2) : Laurent Blanc, David Luiz et Blaise Matuidi dédramatisent (et ils ont bien raison)

LIGUE 1 - Battu pour la seconde fois de la saison en Championnat, la première à domicile, contre Monaco (0-2) dimanche soir, le PSG ne s’inquiète pas pour autant. L’entraîneur Laurent Blanc, le défenseur David Luiz et le milieu de terrain Blaise Matuidi évoquent, chacun avec leurs mots, un relâchement logique lié au gain du titre de champion de France la semaine dernière.

Le scénario est un grand classique, vieux comme le foot : une équipe domine outrageusement, rate des occasions à la pelle et finit par perdre le match face à un adversaire froidement réaliste. C’est ce qui s’est passé dimanche soir au Parc des Princes, où Monaco s’est imposé "contre le cours du jeu", selon l’expression consacrée, mais les supporters du PSG avaient perdu l’habitude, eux qui n’avaient plus vu perdre leur équipe sous leurs yeux depuis mai 2014. Ainsi, la moitié d’entre eux avaient quitté l’enceinte par dépit au moment où les joueurs parisiens entamaient un tour d’honneur, après la rencontre, pour célébrer le titre de champion de France officiellement remporté la semaine dernière. Que représente cette défaite ?

L’entraîneur parisien a mis des mots là-dessus. Des mots sereins, tout en recul, quasi synthétiques, en conférence de presse : "Nous aurions dû prendre l’ascendant en première période mais nous avons pêché par manque d’efficacité. Ensuite, le match est devenu plus difficile. Nous aurions eu besoin de qualités mentales qui nous ont fait défaut. Il y a eu un relâchement conscient ou inconscient." Ce dernier doute dit surtout qu’il s’agit d’un relâchement coupable à ses yeux, perdre un match n’ayant de toute façon jamais rien de bon. Mais est-ce grave, docteur ? "Ce n’est certainement pas un hasard qu’il y ait eu un relâchement", a juste dit le coach.

REVIVEZ >> PSG-Monaco (0-2) : les champions n'y étaient pas...

Il voulait sans doute dire "décompression" et, à entendre ses joueurs, on touche du doigt là le point sensible. Blaise Matuidi, la mine renfrognée, au micro de Canal+ : "En deuxième, on n’a pas fait ce qu’il fallait pour gagner et Monaco a joué son va-tout et marqué sur un beau contre. Ensuite, contre une équipe regroupée, c'est toujours compliqué... Mais l’essentiel n'était pas là, on a déjà fait ce qu'il faut." Comprendre : le titre étant déjà gagné, qui plus est avec brio, à quoi bon se soucier de ce résultat-là ?

"Une prestation comme ça, parfois, ça arrive. Je pense qu’on a fait une grande saison, a appuyé, en employant le passé, un David Luiz auteur d’une erreur grossière ayant offert le penalty du break aux Monégasques. C’est vrai que, contre Monaco, on n’a pas joué à notre niveau, et il faut continuer à travailler parce que ce n’est pas fini. On a toujours la motivation quand on joue dans un grand club. Mais on ne peut pas jouer tous les matchs à un haut niveau. On remporte quand même le Championnat à huit journées de la fin." Une insistance pour le moins légitime : un arbre est tombé mais, pour l’heure, la forêt continue de pousser.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques