Real Madrid-PSG (1-0) – David Luiz : "Mon genou me fera mal jusqu'à ma mort"

Real Madrid-PSG (1-0) – David Luiz : "Mon genou me fera mal jusqu'à ma mort"

DirectLCI
INTERVIEW - On aurait pu penser que la fameuse joie de vivre de David Luiz allait être mise à mal par le scénario très cruel de la défaite (1-0) du PSG sur la pelouse du Real Madrid, mardi soir en Ligue des champions. Mais il n'en a rien été. La preuve.

Peut-on parler de grosse déception ce (mardi) soir ?
Oui, quand on joue un match aussi fantastique ! On vient au Bernabeu et on joue mieux que le Real tout au long de la rencontre. Évidemment qu'on ne va pas être heureux de perdre. On a réalisé un grand match et ils ont marqué un but chanceux. Le buteur a essayé de faire une passe et il a marqué. Mais on connaît le football. Parfois, ce genre de choses arrive.

Blaise Matuidi nous a dit qu'il s'agissait d'un des meilleurs matchs du PSG cette saison, êtes-vous d'accord avec lui ?
Pour moi, il n'y a que le dernier match et le prochain qui comptent. Donc je considère celui de ce (mardi) soir comme le meilleur, et j'imagine que le prochain pourra être encore meilleur.

Trouvez-vous des raisons de croire en l'avenir dans cette défaite ?
J'y croyais déjà. Je n'avais pas besoin de ce match pour croire en mon équipe et en notre travail. Je suis heureux de ce que chaque joueur a fait ce (mardi) soir. Nous avons tous été incroyables. Mais malchanceux, comme je disais.

C'était seulement de la malchance ?
Oui. C'est le football, mon ami (rires). On ne peut pas toujours l'expliquer.

Comment vous êtes-vous senti, vous qui reveniez de blessure ?
Fatigué. Ça faisait longtemps (presque un mois, ndlr) que je n'avais pas joué. Et je n'ai pas eu beaucoup de temps pour m'entraîner et préparer ce match. Mais ça m'a fait du bien de le disputer. Parfois, on doit jouer avec son esprit et pas avec son physique. Je me suis donc beaucoup concentré pour bien lire et anticiper les actions. Et ça s'est bien passé.

Votre genou ne vous fait plus souffrir ?
Mon ami, sois sûr qu'il me fera mal jusqu'au jour de ma mort (rires). Ça fait partie de la vie. Mais je me sens mieux maintenant que ces dernières semaines.

Qu'avez-vous changé par rapport au match aller pour vous procurer autant d'occasions ?
Je crois que notre plan de jeu était excellent. Et que, cette fois, chaque joueur a fait un grand match. Quand vous avez onze joueurs à ce niveau sur un terrain, ça rend les choses plus faciles.

Plus d'articles

Sur le même sujet