Real Madrid-PSG : à l'entraînement du Real, sans Benzema ni Bale

Real Madrid-PSG : à l'entraînement du Real, sans Benzema ni Bale

LIGUE DES CHAMPIONS - À la veille de la finale du groupe A entre le Real Madrid et le PSG, plongée dans l'intimité de la dernière séance à Valdebebas, au sein de l'imposante Ciudad Deportiva, le centre d'entraînement le plus luxueux au monde.

Au petit jeu de qui a la plus grosse, le PSG a déjà perdu contre le Real Madrid. On parle, bien sûr, de la surface de leurs centres d'entraînement respectifs. Si deux petites minutes suffisent pour rallier la salle de presse depuis l'entrée du Camp des Loges, il faut bien un quart d'heure de marche (sans compter les nombreux contrôles d'identité par des gardes en gilet fluo) pour en faire de même à la Ciudad Deportiva del Real Madrid, situé à Valdebabas, sorte d'îlot de bitume dans un océan d'herbe desséchée en périphérie de la capitale espagnole. Là, sous un ciel grisâtre tout proche de vous tomber sur la tête, le club merengue fourbit ses dernières armes ce lundi, à la veille de la réception très attendue du PSG, finale pour la première place du groupe A de la Ligue des champions.

Première information : Karim Benzema, toujours gêné par une douleur à la cuisse, n'était ni avec ses coéquipiers, ni même sur le terrain annexe où Gareth Bale, touché au mollet, s'est entraîné à part. Resté aux soins comme la veille, l'attaquant français ne jouera pas mercredi soir. Le Gallois non plus. Eux aussi incertains, James Rodriguez et Luka Madric, en revanche, ont participé à la séance avec le reste de leurs coéquipiers, ce qui n'était pas le cas dimanche. Mais la titularisation du Colombien représenterait un risque que ne prendra vraisemblablement pas l'entraîneur, Rafael Benitez, alors que se profilent d'autres échéances importantes, dont le Clasico face au Barça, le 21 novembre.

Raphaël Varane très en retrait

Mais tout cela ne perturbe pas le technicien espagnol, en short-doudoune, plus occupé à papoter avec son adjoint ou à jongler avec un ballon, qu'à couver du regard sa petite troupe. Laquelle se porte d'ailleurs toujours aussi bien, malgré les onze joueurs (!) blessés durant le mois d'octobre. Ce lundi, les rires et les "olé" très chambreurs ont fusé sur la pelouse détrempée durant les jeux avec ballon qui ont immédiatement suivi l'échauffement, une pratique spécifique à l'Espagne (en France, les joueurs doivent beaucoup plus courir avant de taquiner le cuir).

Autre aspect singulier : contrairement à ce que l'on a vu à Barcelone, ici le ballon ne reste pas au sol pendant les toros. On lobe et on lève même le pied à hauteur du visage du vis-à-vis pour récupérer la gonfle. Dans un de ces deux cercles, on a été surpris de voir un Raphaël Varane très en retrait, quasi immobile, par opposition à un Marcelo très tactile, au point de câliner Luka Modric après l'avoir humilié d'un geste technique bien senti. Juste à côté, Cristiano Ronaldo, emmitouflé dans une écharpe, a dégusté la scène en exhibant un large sourire ultra bright. Une scène de publicité qui s'est déroulée au milieu des fontaines et des buildings servant de résidence de luxe à la centaine de membres des équipes de toutes les catégories d'âge du club, dans l'un des quinze mini-stades que compte cet incroyable complexe. Pour mémoire, il n'y a que cinq pelouses au Camp des Loges.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques