Un VIP du sport américain pour racheter l'OM ? Il y a un "mais"...

Un VIP du sport américain pour racheter l'OM ? Il y a un "mais"...

FOOTBALL - L'avocat Didier Poulmaire s'affaire pour trouver un investisseur susceptible de racheter l'OM à Margarita Louis-Dreyfus et affirme suivre une piste crédible. D'autres existent, mais se heurtent toujours à des obstacles.

La sardine qui bouche le Vieux Port se sent moins seule depuis que le serpent de mer de la vente de l'OM lui tient compagnie au fond des eaux. Voilà en effet de longs mois que les bruits et les rumeurs se succèdent à ce sujet sans qu'aucun élément concret ne filtre. Ce mardi, dans les colonnes de L'Équipe, c'est l'avocat Didier Poulmaire qui s'y colle : "Je connais une personnalité importante du sport américain qui pourrait être intéressé (par le rachat, ndlr)." Aux dernières nouvelles, celui qui gérait les intérêts de Yoann Gourcuff ou Laure Manaudou a récemment travaillé avec un certain Franck Mc Court, ex-propriétaire de la franchise de baseball des Los Angeles Dodgers. Mais rien n'indique que c'est de lui qu'il s'agit. Ni même jusqu'où serait prêt à aller ce mystérieux investisseur.

Interrogé au sujet de Didier Poulmaire par le quotidien sportif, Vincent Labrune, le président marseillais, assure n'être au courant de rien : "Je n'ai pas eu de contacts avec lui, ni de près, ni de loin. Mais pourquoi n'a-t-il pas appelé Margarita ? Il aurait tort de ne pas le faire." De son côté, l'avocat d'affaires affirme avoir "pris contact directement avec l'avocat de l'actionnaire (Margarita Louis-Dreyfus, donc)". Puis d'ajouter : "Pour l'instant, je n'ai pas eu de retour." Nous voilà bien avancés.

EN SAVOIR + >>  Margarita Louis-Dreyfus bien décidée à vendre l'OM, plusieurs investisseurs sur les rangs

Reste que Didier Poulmaire, en détaillant ce qui rend l'OM attractif aux yeux de potentiels investisseurs, évoque aussi, au passage, ce qui fait qu'il n'a pas (encore) trouvé preneur : "Il faut d'abord savoir combien cela peut coûter (200 millions d'euros en tout, au bas mot, ndlr). Il y a ensuite trois éléments clés : associer les supporters, associer les collectivités et poser la question de l'avenir du stade."

L'épineux problème des supporters a été récemment résolue par la direction actuelle, qui s'est réappropriée les abonnements dans les virages. Ce qui a, toujours selon L'Équipe , déclenché des prises de contact étrangères, en vue d'un éventuel rachat, début 2016. Dans le quotidien sportif, Nelio Lucas, le sulfureux patron du fond d'investissement Doyen Sport, se dit, en outre, "prêt à aider le club à trouver des investisseurs". Lesquels devront, en plus d'avoir les reins (très) solides, surtout se montrer suffisamment convaincants pour faire plier l'intransigeant Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, qui refuse obstinément de vendre le stade Vélodrome au club. Bref, on n'est pas rendu.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques