PV de stationnement : attention, vous allez payer jusqu'à 250% plus cher !

DirectLCI
AMENDES - Jusqu'ici plafonnées à 17 euros en France, les amendes pour stationnement peuvent désormais être différentes selon les villes. 50 euros à Paris et même... 60 euros à Lyon au 1er janvier 2018.

Le 1er janvier prochain, la ville de Lyon sera sacrée championne de France pour le prix des amendes de stationnment. A compter de cette date, les maires pourront en effet déterminer en toute liberté le montant du forfait post-stationnment [NDLR, le montant des amendes]. Pour l'heure, les automobilistes de la ville de la région Rhône-Alpes qui ne passe pas par l'horodateur doivent s'acquitter d'une amende de 17 euros.  


Selon une enquête publiée vendredi 13 octobre par AutoPlus, ce montant passera à 60 euros  (pour une journée complète de stationnement). Ceci représente une augmentation de 250%, selon le magazine. L'objectif de la ville est de lutter contre les impayés et fluidifier la rotation des voitures. 

En vidéo

Stationnement : dans la ville de Lyon, le tarif des contraventions s’envole

A chaque ville son prix

Moultes villes ont rejeté l'option de la flambée des coûts. Ainsi, les automobilistes de Castres paieront 10 euros. 10 à 15 euros à Nancy, 16 euros à Nice pour 17 euros à Lille et Marseille qui représentent les villes les moins onéreuses. La médiane nationale se situe entre 25 et 35 euros. A Dijon, la moutarde pourrait monter à 50 euros. Ces 800 villes doivent toutefois statuer définitivement sur la question précise encore AutoPlus.

Minoré ou majoré

En cas de PV Classique, le forfait post-stationnement peut être revu à la baisse en cas de règlement rapide. Mais cette option demeure au libre jugement de chaque municipalité. C'est le cas à à Châtellerault (Nouvelle-Aquitaine) qui accorde 2h30 de clémence contre quatre jours pour la ville de Poitiers. En revanche, l'amende sera majorée de 50 euros en cas d’omission de paiement dans les 90 jours. 

Certaines villes resteront gratuites

Des agglomérations telles que Clermont-Ferrand, Grenoble, Narbonne ou Rouen n’ont pas encore  pris de décision à ce jour. Et toujours selon AutoPlus, puisque le PV a 17 euros aura disparu en 2018, ces villes " en retard" n'auront plus aucune latitude afin de verbaliser les automobilistes.


Trois possibilités s’offrent donc à ces villes : mettre en place la mesure  au cours de l’année, généraliser les zones bleues ou mettre un terme définitif avec le stationnement payant.


Selon l'AFP, la recette annuelle du stationnement en voirie (près de 500 millions d'euros par an) pourrait doubler avec cette réforme. La loi indique que les sommes récoltées doivent servir aux transports en commun ou autres transports écologiques. 

Plus d'articles

Sur le même sujet