Attentat de Nice : polémique autour de l'attribution des médailles au personnel de l'hôpital

Attentat de Nice : polémique autour de l'attribution des médailles au personnel de l'hôpital

INJUSTICE - Un peu moins d'un an après l'attentat au camion-bélier sur la promenade des Anglais à Nice, qui avait fait 84 morts et 200 blessés le 14 juillet dernier, la polémique enfle à l'hôpital de Nice, en première ligne ce soir-là. Selon le syndicat FO, sur les 400 agents mobilisés, seuls 89 seront décorés de la médaille de la sécurité intérieure.

"On méprise le personnel qui a vécu l'enfer ce soir-là!" Le syndicat FO de l'hôpital de Nice ne décolère pas. Un peu moins d'un an après l'attentat au camion-bélier sur la promenade des Anglais, qui avait 84 morts et 200 blessés le 14 juillet dernier, le ministère de l'Intérieur a dévoilé la liste des nommés à la médaille de la sécurité intérieure. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne fait pas que des heureux.


Seuls 89 noms d'agents hospitaliers niçois y figurent, alors qu'ils étaient 400 mobilisés le soir de l'attentat. Le syndicat FO dénonce dans Nice-Matin le "scandale" d'une liste qui récompense des cadres absents plutôt que des soignants en première ligne. "Nous sommes scandalisés de la manière dont la liste a été arrêtée", s'insurge le secrétaire départemental FO des Alpes-Maritimes pour la branche Santé, Michel Fuentes. 

Il y avait parmi nous un jeune médecin qui n'avait que six mois de maison, qui a vécu l'horreur et qui est oubliéPatrick Costa, ambulancier du Samu

"Il n'y a pratiquement pas d'infirmières, d'aides-soignants, de personnels des blocs opératoires ou du Samu, peu de brancardiers, de personnel du Smur, presque personne de Lenval - l'hôpital pour enfants", poursuit Michel Fuentes dans Nice-Matin. Des agents qui, souvent, étaient venus prêter main forte sans attendre qu'on les rappelle sur leurs congés. "En revanche, il y a des cadres. Beaucoup. Et même des cadres qui n'étaient pas là ou en congés le 14-Juillet!", relève le syndicaliste.


"J'étais le premier véhicule du Samu sur la Promenade. Deux autres sont arrivés ensuite. On a tous passé dix heures sur le front. Un seul médecin est cité. Sa nomination est légitime. Mais, et les autres ?" s'indigne dans le quotidien régional Patrick Costa, ambulancier du Samu et délégué FO. "Il y avait parmi nous un jeune médecin qui n'avait que six mois de maison, qui a vécu l'horreur et qui est oublié. C'est inacceptable, incompréhensible!" 

En vidéo

"Toujours dans nos cœurs", Nice vêtue de blanc pour rendre hommage aux victimes de l’attentat

La CGT lance un appel au président de la République

Après FO, la CGT a décidé de s'emparer du dossier en lançant un appel au président de la République. "Dans la nuit du 14 juillet, l’intervention des professionnels a été exceptionnelle de courage et d’abnégation. Le personnel hospitalier du CHU de Nice et de Lenval a démontré tout son professionnalisme, son courage devant des scènes s’apparentant à des scènes de guerre", écrit ainsi le secrétaire général CGT CHU de Nice, Stéphane Gauberti, à Emmanuel Macron.


"Le personnel n’a rien demandé, il considère avoir fait son travail. Par contre, nous nous indignons qu’à peine quelques agents du CHU soient honorés (...) Malgré des listes établies par les responsables de Pôles, des dizaines d’agents ont été "oubliés" ou "méprisés". Nous vous demandons, Monsieur le président de la République, d’intervenir auprès de M. le Préfet des Alpes-Maritimes afin que soit prise en compte la totalité des agents présents cette nuit-là et les jours suivants."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Nice

Plus d'articles

Sur le même sujet