Charlie Hebdo : à Marseille, l’émouvant témoignage du frère d’un des policiers tués

Charlie Hebdo : à Marseille, l’émouvant témoignage du frère d’un des policiers tués

HOMMAGE - "Il faut que la France entière se mobilise", a lancé jeudi le frère d'un policier tué la veille à Paris dans la fusillade à Charlie Hebdo, en marge d'une cérémonie en hommage aux victimes organisée à l'Hôtel de police de Marseille.

Une cérémonie pleine de gravité. Digne malgré le drame de la mort de son frère jumeau tué en tentant de protéger le dessinateur Charb lors de l’attentat au siège de Charlie Hebdo , Philippe a assisté jeudi midi dans la cour de l’hôtel de police de Marseille à l’hommage rendu aux victimes de l’attaque.

Une déclaration empreinte de courage

Le regard droit, cet homme de 49 ans, lui-même policier à la Division Nord de Marseille, n’a pu retenir quelques sanglots, mais quelques minutes après la fin de la cérémonie, il a tenu à s’exprimer devant la presse en tenant d’abord ces quelques mots.

"L’horreur a frappé notre pays, il faut que la France entière se mobilise contre cela . On ne peut pas porter atteinte à la liberté d'expression, porter atteinte à l'autorité de l'Etat", a-t-il déclaré.

Puis revenant sur le drame qui le touche de plein fouet, Philippe, a poursuivi en indiquant que ses pensées "vont bien sûr à mon frère, mais aussi à son épouse et à sa fille et toute ma famille. Il va maintenant nous appartenir d’être forts".

EN SAVOIR + >> Qui est Ahmed Merabet, policier abattu froidement par les terroristes ?

Outre l'émotion, le fonctionnaire a tenu à saluer le travail de ses collègues. "Aujourd'hui, je veux rendre hommage à tous ceux qui tous les jours se lèvent et vont faire un métier difficile. Je voudrais leur dire de penser à leur famille, on prend des risques, mais qu'on sache profiter de notre famille quand on est avec eux", a-t-il conclu, au bord des larmes.

Une profession sous le choc de la vidéo

Venus à sa rencontre, de nombreux policiers, présents pour la cérémonie lui ont témoigné de leur soutien, à l’image de Jean. "C’est important que l’on soit là pour lui, souligne ce brigadier sous couvert d’anonymat. Aujourd’hui, comme les journalistes, c’est toute une profession qui est touchée".

Touchée et choquée par la vidéo montrant un des policiers abattu de sang-froid lors de l’attaque ajoute David-Ollivier Reverdy, secrétaire départemental du syndicat Alliance. "Cette vidéo est insoutenable et elle risque de tourner longtemps en boucle dans nos têtes", souffle-t-il avant d’en déplorer sa publication dans certains médias et sur les réseaux sociaux. "Ceux qui la mettent en ligne ne pensent pas aux familles. C’est plus du sensationnalisme que de l’info. On aurait aimé qu’elle ne soit jamais divulguée", indique-t-il au nom de tous les policiers endeuillés par le drame du 7 janvier.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques