Costa Concordia : accord sur le dédommagement des passagers

Costa Concordia : accord sur le dédommagement des passagers

Une association a conclu un accord financier avec la compagnie propriétaire du Costa Concordia pour dédommager les victimes du naufrage à hauteur de 11.000 euros.

"Cet accord concerne environ 3.000 passagers de 60 pays, dont quelque 900 Italiens. Nous estimons qu'environ 85% d'entre eux vont adhérer à cet accord", indique l'Adoc, citée par l'AFP, l'une des associations qui a négocié avec la direction de Costa Crociere, la compagnie propriétaire du Costa Concordia. Cet accord, qui prévoit un dédommagement de 11.000 euros par passager, y compris pour les enfants n'ayant pas payé de billets, n'inclut pas les passagers blessés ou les personnes ayant perdu des proches lors du naufrage du 13 janvier.


Le navire, toujours partiellement immergé à quelques dizaines de mètres de la côte de l'ile italienne du Giglio, transportait 4.229 personnes, dont 3.200 touristes. 16 d'entre elles ont péri dans le naufrage et 16 autres sont toujours portées disparus.


Outre ces 11.000 euros, les passagers concernés par l'accord recevront 3.000 euros. Une somme censée couvrir le prix du billet et rembourser les éventuels frais médicaux et de transport.


"C'est un accord historique qui met un terme à une affaire dramatique. C'est un accord démocratique qui ne fait pas de distinction entre les catégories sociales ou les pays d'origine, il est valable dans le monde entier et Costa le diffusera dans toutes les langues", a précisé Carlo Pileri, président de l'Adoc.

Ce jeudi, le ministère français de la Justice a annoncé le regroupement au parquet de Paris des différentes plaintes déposées en France après le naufrage du navire, sans toutefois en préciser le nombre. "Plusieurs passagers ayant déposé plainte sur divers points du territoire national, la Chancellerie a décidé le regroupement de ces plaintes au parquet de Paris dans un souci de bonne administration de la justice", a indiqué la Chancellerie.
 

Prenez le Metro de l'actu sur Facebook et Twitter

Plus d'articles