L’État s’active sur tous les fronts pour retrouver Rachid Kassim

TRAQUE - Cité dans de nombreux dossiers terroristes, Rachid Kassim est devenu une cible prioritaire à éliminer pour l’armée française. Retranché quelque part entre la Syrie et l’Irak, sa recherche nécessite d’importants moyens.

La voiture piégée de Notre-Dame, l’assassinat du prêtre Jacques Hamel, celui du couple de policiers de Magnanville. L’ombre de Rachid Kassim plane sur de nombreux dossiers terroristes. Ce djihadiste de 29 ans, originaire de Roanne, est ainsi devenu une cible prioritaire à éliminer pour l’État. Les services de renseignement sont à pied d’œuvre pour le localiser, quelque part entre la Syrie et l’Irak. Une tâche compliquée, sur une vaste zone où la France doit opérer en toute discrétion.

Opération clandestine après feu vert du Président

Satellites, drones, écoutes, tout est mis en place pour dénicher Rachid Kassim. Les militaires français peuvent également compter sur les renseignements obtenus sur le terrain, face à une population qui ne veut plus avoir à faire avec les combattants de Daech. Une adresse ou un nom glissé dans la confidentialité peuvent souvent décanter une situation bloquée.

Une fois Kassim localisé, ce sera au Président de la République de donner le feu vert final, pour lancer l’opération d’élimination. Que ce soit avec les forces spéciales pour une opération d’infiltration ou avec les avions de chasse pour un bombardement ciblé, tous les moyens sont bons pour mettre l’objectif hors d’état de nuire. L’armée française a ainsi éliminé une vingtaine de cibles ces deux dernières années.

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques