Les salariés du Tripode demandent son classement en site amianté

Les salariés du Tripode demandent son classement en site amianté

SANTE – Les 1 800 agents de services administratifs qui ont travaillé dans ce bâtiment de l’île de Nantes, demandent sa reconnaissance en site amianté, neuf ans après sa destruction.

Ils veulent interpeller le Premier ministre. Ce jeudi, à midi, d’anciens fonctionnaires du Tripode de Nantes ont prévu de se réunir à l’arrêt de Busway Tripode, sur l’île Beaulieu. La date et le lieu sont symboliques : il correspond au 9e anniversaire de la destruction du Tripode , ce bâtiment de bureaux dynamité en 2005.

Depuis des années, les salariés demandant en effet une reconnaissance de cette zone en site amianté. "Cet espoir est très présent puisque les ministres Pierre Moscovici à l’Economie et Bernard Cazeneuve au Budget l'ont demandé au Premier ministre Jean-Marc Ayrault en décembre 2013", explique l’Intersyndicale, qui entend par son rassemblement symbolique "rappeler ses promesses à l'ancien député-maire. Il l’avait également demandé en mars 2012."

1 800 salariés contaminés

Le Tripode, une immense tour de 18 étages, en forme d’étoile à trois branches, a en effet été construit dans les années 1970 sur l’île de Nantes. Le bâtiment était destiné à abriter des centaines d’agents de l’Etat : Insee, ministère des Affaires étrangères et Trésor public. A l’époque, lors de la construction, les opérateurs choisissent de mettre de l’amiante plutôt que du plâtre comme matériau de protection au feu : 350 tonnes d’amiante sont ainsi utilisées pour les plafonds des bureaux, dans les parois ou les habillages de poteaux.

Mais dans les années 1970, on découvre la nocivité de l’amiante. Une Intersyndicale se créée au Tripode, pour interpeller et alarmer sur les conditions de travail. Après plusieurs mobilisations, la décision est prise d’abandonner le bâtiment en 1992. Le site sera désamianté pendant un an, avant d’être détruit par dynamitage le 27 février 2005. Mais d’après l’Intersyndicale, "plus de 1800 agents de l'Insee, du Trésor Public, du ministère des Affaires étrangères et du restaurant administratif auront été contaminés".

Plus d'articles