Marseille, malade de ses bibliothèques

Marseille, malade de ses bibliothèques

CULTURE – Depuis la rentrée, la municipalité a réduit les horaires d’ouverture de plusieurs bibliothèques de Marseille. Certaines doivent fermer un jour entier par semaine. Une décision prise en raison du manque de personnel.

Un an après avoir été Capitale européenne de la culture, la mesure fait mal. Faute de moyens et de personnels, la municipalité de Marseille a réduit la voilure des heures d’ouvertures des 8 bibliothèques de la ville depuis la rentrée. Une mesure drastique qui affecte profondément les petites structures du réseau, à commencer par les établissements des 5 avenues, du Panier et de la Castellane où un jour de fermeture supplémentaire a été ajouté.

Si les problèmes de gestion dans ce service ne sont pas nouveau, il pose surtout question si l’on compare avec les autres grandes villes. Selon les chiffres de l’Observatoire de la lecture du ministère de la Culture, le nombre de jours d’ouverture au public en 2010 a été  de 254 à Paris, 253 à Lyon et seulement 222 à Marseille. "Malgré nos propositions (…) la direction a décidé de baisser le volume horaire de plus d'un tiers sans autre forme de procès", s’inquiète dans la Marseillaise Raymond Romano, secrétaire général du syndicat CGT cadres.

Des étagères de livres chez les commerçants

Interrogée à ce sujet, l’adjointe à la Culture de la Ville, Anne-Marie d’Estienne d’Orves estime que la réduction des heures d’ouverture a été décidé afin "de ne pas aggraver les conditions de travail de nos agents". Pour la CGT, il manquerait 50 postes pour retrouver une situation normale. Un chiffre à tempérer selon la municipalité qui a lancé une enquête interne avant d'entamer une campagne de recrutement.

Mais en attendant, ce sont les Marseillais qui pâtissent de ce manque d’accès à la culture. Qui plus est dans le 3ème arrondissement. Dans ce secteur du centre-ville où résident près de 45 000 personnes, soit une ville de la taille d’Orléans, aucune bibliothèque n’existe. Une pétition en ligne a été lancée il y an pour exiger la création d’une structure. Le collectif " Brouettes et compagnie " de la Belle de Mai a même fait installer des étagères de livres chez les commerçants pour faciliter la lecture dans ce quartier.
 

Plus d'articles

Les tags

    En ce moment

    Rubriques