Un enfant de 8 ans convoqué par la police pour "apologie du terrorisme"

Un enfant de 8 ans convoqué par la police pour "apologie du terrorisme"

NICE – Agé de 8 ans, l'écolier avait dit : "Je suis avec les terroristes". Il a été entendu par un officier de police judiciaire en présence d'un avocat. Selon le rectorat, le père de l'enfant s'était entre-temps montré menaçant avec le directeur de l'école.

Révélée par son avocat sur Twitter, l'histoire a fait aussitôt polémique. Ahmed, un écolier niçois âgé de 8 ans, a été entendu ce mercredi après-midi dans un commissariat de la ville pour "apologie du terrorisme". "Le 9 janvier à l'école, on lui a demandé 'Est-ce que tu es Charlie ?' Il a répondu 'Non, je suis avec les terroristes !' Le directeur de l'établissement [l'école Nice Flore située à Nice Ouest, NDLR] l'a convoqué", rapporte son avocat, Me Sefen Guez Guez, joint par metronews à l'issue de l'audition.

Selon l'académie de Nice, contactée également par metronews, l'enfant a tenu en classe des "propos inadmissibles". "Il y a eu un signalement auprès de la cellule de protection de l'enfance", précise le rectorat. Convoqué par le chef d'établissement, le père de l'écolier aurait alors eu une "attitude menaçante". L'école a donc déposé plainte contre le parent d'élève pour "intrusion" dans l'établissement et "menaces".

"Des propos entendus dans leur famille"

L'affaire est prise très au sérieux, puisque le garçonnet a été convoqué par la police et entendu par un officier de police judiciaire. L'avocat de la famille se montre effaré par cette situation. "Il a 8 ans, il dessine des Pokemon sur ses cahiers ! Il ne sait pas ce que c'est que le terrorisme. Ses parents ne comprennent pas ce qui leur arrive, ils condamnent évidemment le terrorisme!", assure-t-il à metronews.

EN SAVOIR + >> Focus : où s'arrête la liberté d'expression en France ?

Contactée, la mairie de Nice avoue ne pas être au courant de ce cas particulier, mais indique que "malheureusement, des enfants de 8 ans tiennent ou ont tenu des propos faisant l’apologie du terrorisme. S’ils tiennent ces propos, c’est qu’ils les ont entendus dans leur famille, donc nous faisons remonter l’information". Le dossier serait désormais entre les mains du parquet.

Le 20 janvier, le tribunal correctionnel de Nice avait placé sous contrôle judiciaire quatre Niçois qui seront prochainement jugés pour "apologie du terrorisme" au cours d'une manifestation "anti-islamophobie".

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques