VIDÉO - "Personne n'est là pour nous protéger" : des pillages observés sur l'île de Saint-Martin

DÉRIVES - La ministre des Outre-mer Annick Girardin, de retour d'une journée de reconnaissance aérienne à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a évoqué des scènes de "pillages" et le renfort de 400 gendarmes pour y faire face, suite au passage d'Irma. Le Premier ministre néerlandais a évoqué de son côté une "situation grave" à Saint-Martin.

Alors que l'ouragan Irma a frappé de plein fouet les Antilles, Porto Rico et les Îles Vierges ces derniers jours, causant d'importants dégâts matériels (environ 200 millions d'euros de coût selon la Caisse Centrale de Réassurance), des débordements ont été observés sur l'île de Saint-Martin ces dernières heures. La ministre des Outre-mer Annick Girardin, de retour d'une journée de reconnaissance aérienne à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a évoqué ce jeudi soir sur Martinique 1ère des scènes de "pillages", qui se sont produits sous ses yeux. Prônant un retour à l'ordre public, elle a annoncé le renfort de 400 gendarmes. Dans la même veine, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s'est inquiété vendredi 8 septembre d'une "situation grave" à Saint-Martin.

Personne n'est là pour nous protéger. On est désespéré.Une témoin sur LCI.

Plusieurs témoignages recueillis sur place, ont déjà fait état de pillages de magasins après l'ouragan. Interrogée par LCI, une témoin a ainsi évoqué des personnes "armées", volant des télévisions ou encore des vêtements. "Personne n'est là pour nous protéger. On est désespéré", déplore-t-elle. Des photos de l'AFP montrent également plusieurs personnes en train de dévaliser un petit commerce à Quartier-d'Orléans, sur l'île de Saint-Martin. "La plus grande urgence c'est la question de la santé, de l'arrivée de l'eau et de nos capacités alimentaires qui vont arriver et puis la deuxième, c'est l'ordre public", a indiqué Annick Girardin.


De son côté, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a annoncé ce vendredi sur RTL l'arrivée d'un procureur de la République pour "assurer l'ordre public aux côtés des forces de police et à recueillir [...], inciter les gens à porter plainte si nécessaire". Sur BFMTV, Annick Girardin a précisé que le nombre de "gendarmes, pompiers, sauveteurs, médecins et experts" passerait de 600 à 900 sur l'île de Saint-Martin." La ministre a décrit à la presse "une grande tristesse et une grande  inquiétude" à Saint-Martin et Saint-Barth. "Tout est détruit" mais pour "un  premier bilan c'est un peu tôt [...] Je dirais que Saint-Barthélemy a été un  peu plus épargnée que St-Martin mais les constructions ne sont pas les mêmes,  cela s'explique".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ouragan Irma : les Antilles pansent leurs plaies

Plus d'articles

Sur le même sujet