Violences faites aux femmes : les affiches de cet étudiant font le buzz

Violences faites aux femmes : les affiches de cet étudiant font le buzz

BUZZ – Etudiant en publicité à Tournai en Belgique, Nicolas Gillon devait imaginer une campagne pour une grande cause. Son travail sur la violence faite aux femmes fait désormais un carton sur internet.

Le travail de l’étudiant fait frémir la toile. Dans le cadre de ses études de publicité à l’institut Saint-Luc de Tournai, en Belgique, Nicolas Gillon devait imaginer une campagne pour une grande cause. Le jeune homme de 20 ans a travaillé sur la violence faites aux femmes. Son idée ? Détourner les façons de dire je t’aime dans différentes langues pour leur faire prendre un tout autre sens. I love you devenant par exemple Aie love you.

Ces slogans courts et accrocheurs illustrent des portraits de femmes blessées par des coups au visage. "L’idée était de montrer que derrière l’amour il y a parfois autre chose et qu’il fait parfois faire de mauvais choix, explique Nicolas qui vit à Tourcoing dans le Nord. Beaucoup de femmes restent avec leur compagnon par amour malgré les coups." Pour ce travail, l’étudiant a utilisé les moyens du bord. Des amies ont joué les modèles, une autre a utilisé ses talents de maquilleuse et Nicolas, photographe amateur, s’est chargé lui-même des images.

Un carton sur les réseaux sociaux

Cette campagne a peu de frais aurait pu rester sur le bureau de son professeur mais a finie sur Internet. "C’est la copine de mon frère qui posté les photos sur twitter, moi je n’aurais jamais osé", raconte Nicolas. Le hasard fait bien les choses puisque les photos de l’étudiant nordiste sont postées le lendemain de la journée internationale contre la violence faite aux femmes. Il n’en faut pas plus aux internautes pour y voir la nouvelle campagne officielle. Le travail de Nicolas est alors partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux et s’offre un joli buzz.

La reconnaissance du web a de quoi booster le moral de l’étudiant en publicité. "Ce succès me donne confiance en moi, si c’est autant partagé c’est que ça doit plaire, explique-t-il. D’ailleurs si une association veut utiliser mon travail je suis prêt à le leur céder gratuitement." Ce n’est pas la première fois qu’un étudiant de l’Institut Saint-Luc de Tournai agite la toile. L’an dernier, un autre étudiant en publicité avait complètement affolé les compteurs - 14 millions de vues - avec l a vidéo d’une jeune femme se baladant en string, un jean peint sur les jambes, dans les rues de Lille.
 

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques