Attentats Paris - Anonymous croit bien faire mais sabote le travail des enquêteurs

Attentats Paris - Anonymous croit bien faire mais sabote le travail des enquêteurs

PIRATAGE - Au lendemain des attentats de Paris, dans une vidéo postée sur YouTube, le groupe Anonymous avait annoncé une vaste opération pour traquer les djihadistes sur le web. Mardi soir, le groupe de hackers masqués affirmait avoir mis hors-service plus de 5500 comptes Twitter liés à l'Etat islamique, en représailles des attaques du vendredi 13 novembre. Pour en savoir plus, metronews a interrogé des experts en sécurité informatique.

Après les attentats du 13 novembre, le groupe de hackeurs Anonymous avait menacé l’Etat islamique (EI) dans plusieurs vidéos et messages publiés sur les réseaux sociaux. "Sachez que nous vous trouverons et que nous ne lâcherons rien. Nous allons lancer l’opération la plus importante jamais réalisée contre vous, attendez-vous à de très nombreuses cyberattaques." La riposte ne sait donc pas fait attendre.

Peu avant 23h mardi soir, le groupe de hackeurs masqués affirmait sur le compte Twitter @opparisofficial "avoir saboté" plus de 5500 comptes liés à l'État islamique, en représailles des attentats qui ont frappé la capitale du vendredi 13 novembre, comme indiquait dans leur message vidéo . La façon dont ces comptes ont été sabotés n'a pas été précisée par les hackers. L'opération a été accueillie avec enthousiasme par les internautes, comme en témoigne les milliers de RT et de "J 'aime" et les nombreux messages de remerciements.

EN SAVOIR + >> Anonymous affirme avoir saboté 5500 comptes Twitter de l'Etat islamique

Le sabotage du travail des enquêteurs

C'est bien la question que beaucoup d'experts en cybersécurité se posent. Olivier Laurelli, expert en sécurité informatique et cofondateur du site Reflets.info , ne voit pas d'un très bon œil l'action menée par les hackeurs d'Anonymous. Et ses confrères non plus. Dans les faits, les actions d'Anonymous ont du mal à faire leurs preuves. En mars, une liste de 9200 comptes liés au groupe terroriste avait déjà été rendue publique, sans pour autant perturber leurs opérations.

EN SAVOIR + >> Les Anonymous appellent au signalement de comptes Twitter djihadistes

"Même si je suis convaincu que ça part d'un bon sentiment, reprend Olivier Laurelli, il y a plusieurs risques. Le premier est d'interférer de manière non souhaitable dans des enquêtes judiciaires en cours. Parmi les personnes interpelées aujourd'hui, certaines ont probablement des comptes sur les réseaux sociaux et ces données doivent êtres exploitées. Si les comptes ont été supprimés, c'est autant d'éléments perdus pour les enquêteurs".

L'amateurisme (et l'ignorance ?) des Anonymous

"Or, à l'heure actuelle, continue l'expert, on ne sait pas si Twitter remonte les metadonnées aux services de police. De plus, les comptes fermés puis réactivés, pseudo anonymes, sont également importants : en observant les premiers followers de ces comptes, on a souvent un entourage plus ou moins proche pour identifier leurs auteurs".

Pour Éric Filiol, directeur du laboratoire de cryptologie et de virologie opérationnelles à l'ESIEA (École Supérieure d'Informatique, Électronique, Automatique), les "gesticulations" du groupe Anonymous au cours de ces dernières heures témoignent, une nouvelle fois, de son amateurisme. "Les gros bonnets de Daech savent très bien qu'Internet est surveillé par les services de renseignement, qu'ils sont pistés lorsqu'ils utilisent les plateformes comme Facebook et Twitter. En outre, les hauts responsables conservent cet 'esprit bédouin', avec ce refus du modernisme. Et ils n'ont aucune confiance dans la technologie occidentale", poursuit cet ancien militaire.

Quand les Anonymous jouent les héros en Syrie

"Ces responsables ne sont pas bêtes, ils savent très bien comment se protéger pour échapper aux radars des services de police". Pour Eric Filiol, les comptes ciblés par Anonymous étaient ceux de "loups solitaires", des gens plus amateurs, dont certains étaient déjà sous surveillance : "Lorsque ces terroristes du dimanche se rendent sur des sites djihadistes, cela permet au renseignement de repérer les véritables bastions de Daech sur Internet et ainsi de récupérer des informations clés. C'est eux la faille du système. De nombreux attentats sur le sol français ont pu être évité de cette manière."

Autrement dit, à en croire nos experts, le groupe de hackeurs masqués ferait mieux de laisser les professionnels du renseignements faire le travail. "Lorsque Anonymous avait équipé les rebelles syriens en matériel et en les formant aux techniques de cryptographie (chiffrement des données afin de naviguer de manière anonyme), ils pensaient bien faire évidemment, mais, sans le savoir, ils ont aussi par capillarité doté Daech de nouveaux moyens de communications ultra sophistiqués."

EN SAVOIR + >>  Jeux vidéos, applis, réseaux sociaux : comment les terroristes communiquent entre eux

Un certain nombre d'informaticiens travaillant pour le compte de Daech ont été formés en France, assure Eric Filiol. "Ils ont développé leurs propres outils numériques pour communiquer entre eux sans se faire repérer, ce qui complique grandement leur surveillance. Enfin, les djihadistes risquent de se servir des attaques menées par Anonymous pour moderniser leurs outils informatiques. Sans le savoir, les hackeurs d'Anonymous ont fait le jeu de Daech. Et tout cela, uniquement pour se faire passer pour des héros", regrette-t-il.

À LIRE AUSSI >> Révélations des Anonymous sur le Ku Klux Klan : une opération qui fait pshitt

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques