Au Japon, un robot-écrivain a bien failli remporter son premier prix littéraire

Au Japon, un robot-écrivain a bien failli remporter son premier prix littéraire

CONCOURS - Le robot écrivain n’est plus une fiction. Au Japon, un roman co-écrit par un programme d’intelligence artificielle a été sélectionné parmi les finalistes d’un concours littéraire. Même s’il n’a pas remporté le prix du jury, c’est déjà assez bluffant !

A croire que le métier de romancier pourrait, lui aussi, bientôt figurer dans la longue liste des professions menacées de disparaître avec l’émergence des robots et autres programmes d’intelligence artificielle. Comme d’habitude en la matière, c’est au Japon que ça se passe.

Le roman s’intitule "Konpyuta ga shosetsu wo kaku hi" (que l’on peut traduire par "Le jour où une machine a écrit une nouvelle"). Pour la première fois, cette nouvelle co-écrite par un programme d’intelligence artificielle a été sélectionnée au prestigieux concours littéraire Nikkei Hoshi Shinichi Literary Award.

Un roman co-écrit avec des humains

Même si ce robot-écrivain a encore besoin d’être assisté par des humains, c’est déjà une belle prouesse technique. Derrière ce robot-écrivain se cache en effet un algorithme particulièrement complexe. Il est l’œuvre d’une équipe de chercheurs japonais dirigée par le professeur Hitoshi Matsubara.

Ce spécialiste de l’intelligence à l’Université du futur d’Hakodate au Japon s’était fixé ce grand défi il y a déjà quelques années. Pour y parvenir, l’équipe de scientifiques a sélectionné des mots et des phrases tirés d’un roman afin que le robot s’en serve comme modèle.

"La nouvelle était parfaitement structurée"

"C’est très surprenant ! La nouvelle était parfaitement structurée, sans aucune faute, une bonne fluidité, mais il y a quelques problèmes, notamment la description du personnage", a déclaré au journal The Japan News Satoshi Hase, l’un des membres du jury, dont le choix s’est fait à l’aveugle.

Cependant, l’humour, comme l’émotion ou l’ironie, sont autant de choses qui sont, pour l’heure, encore trop complexes à retranscrire dans un algorithme. Pour tenter d’y remédier, deux chercheurs américains de la School of Interactive Computing de l’Institut de Technologie de Géorgie (Etats-Unis) préconise de former les intelligences artificielles comme on éduque des enfants : en leur lisant des contes. Derrière le robot, cherchez l’homme !

A LIRE AUSSI
>> Microsoft débranche son robot "Tay", devenu raciste et misogyne en 24 heures
>> Les nouveaux livreurs de pizzas de Domino's sont des robots
>> Défi du jeu de go : qui, de l'homme ou de la machine, sera le vainqueur ?

Et aussi

Les tags

    À suivre

    Rubriques