Et si l’eSport devenait une discipline olympique ?

Et si l’eSport devenait une discipline olympique ?

FUTUR - Un géant chinois du commerce en ligne a révélé que l’eSport ferait son apparition aux Asian Games de 2022, compétition reconnue par le Comité olympique. Si l’annonce semble avoir principalement un but marketing, le futur pourrait bien nous offrir des athlètes assis derrière un écran, les mains posées sur un clavier.

Et si le sport finissait par succomber définitivement aux sirènes du business ? La question peut se poser depuis l’annonce effectuée par l’entreprise chinoise Alibaba (géant du commerce en ligne) d’intégrer aux Asian Games 2022 l’eSport. Cette pratique, qui concerne les sports électroniques (le fait de jouer à un jeu vidéo seul ou par équipe face à un ou plusieurs adversaires), pourrait ainsi mettre un pied dans l’entrebâillement de la porte donnant accès au monde olympique.


Les Asian Games sont en effet reconnus par le Comité olympique et peuvent se vanter d’être la deuxième compétition multisports la plus importante derrière les JO. En 2014 en Corée du Sud, ils avaient rassemblés près de 10 000 athlètes rapporte ABC News, qui révèle l’information.

Un secteur attractif financièrement

Pour justifier l’intégration du eSport aux Asian Games, le Comité olympique d’Asie a avancé "le développement rapide et la popularité de cette nouvelle forme de sport chez les jeunes". Le fait qu’Alisport, la filiale sportive d’Alibaba, ait signalé par la même occasion son partenariat avec le Comité a sans doute aussi permis de faciliter les choses. Alisport a d’ailleurs déjà investi plus de 150 millions de dollars dans la Fédération internationale d’eSport avec l’objectif d’en faire un évènement olympique. 


Fort d'une estimation d’audience atteignant 226 millions de joueurs en 2016, l’eSport a de solides arguments à faire valoir face aux sports traditionnels et moins populaires. Et les 325 millions de dollars récoltés par le secteur la même année pourraient bien aider les décideurs à accélérer le processus d’intégration qui vient de démarrer.

FIFA et League of Legends ?

Si la liste des jeux présents à Hangzhou en 2022 n’a pas été dévoilée, les fans d’esport pourront patienter avec les démonstrations qui seront effectuées en 2018 à Djakarta. Les yeux rivés sur les écrans géants, ils suivront leurs champions à FIFA 2017 (jeu de football), à un jeu de stratégie en temps réel, ainsi qu’à un Moba (pour "Multiplayer online battle arena", soit "Arène de bataille en ligne mutlijoueur", dont le jeu League of Legends est le plus populaire). La bataille entre les différents éditeurs de jeux devraient être féroce pour être sélectionné pour les Asian Games, tant les retombées publicitaires (et économiques) pourraient être grandes. 

Reste à voir comment l'arrivée de ces nouveaux "sportifs" sera appréciée par les athlètes et les puristes de l'esprit olympique, alors que la discipline peine déjà à se faire respecter par les défenseurs de la dimension physique dans le sport.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques