iPhone, Samsung, Huawei... Le capteur biométrique de votre smartphone "hacké" en 15 minutes chrono

iPhone, Samsung, Huawei... Le capteur biométrique de votre smartphone "hacké" en 15 minutes chrono

CAPTEURS BIOMÉTRIQUES - 15 minutes. C'est le temps qu'il aura fallu à des chercheurs de la Michigan State University (MSU) pour pirater les capteurs d'empreintes digitales des smartphones Apple, Samsung, Huawei et Meizu. Pour cela, il leur a suffit d'utiliser une simple imprimante à jet d'encre. Seuls deux d'entre eux ont résisté au test. Devinez lesquels...

En nous épargnant de taper le sempiternel code secret de notre smartphone, ils nous facilitent la vie. Mais si les capteurs d'empreintes biométriques se démocratisent, leur fiabilité en terme de sécurité, en revanche, pose un certain nombre de questions. Qui plus est en vue de l'arrivée prochaine du paiement par mobile.

Deux chercheurs américains de  l'université d'État du Michigan ont mis au point un procédé qui permettrait, en seulement 15 minutes, de déverrouiller aussi bien un Samsung Galaxy S6, un Huawei Honor 7 et un Meizu MX4. Pour ce faire, ils sont parvenus à duper le module d'analyse d'empreinte en utilisant une simple imprimante à jet d'encre. Concernant l'iPhone, la démonstration avait déjà été faite

Quand une imprimante basique devient une machine de faussaire

Si craquer tous les téléphones a reconnaissance digitale est si simple, il faut tout de même remplir une condition : posséder une image de l'empreinte du propriétaire du smartphone. C'est avec cela que les chercheurs ont réalisé une impression en haute résolution sur un papier brillant en se servant d'une encre spéciale. Le nom de ce procédé ? Le système Agic. Mis au point par des chercheurs japonais il permet de transformer une imprimante basique en machine à fabriquer des circuits imprimés.

L’empreinte digitale peut être récupérée à partir d’une simple photo, ou bien à partir des empreintes digitales laissées sur le téléphone (une image avec une résolution à 300 dpi suffirait, précise l'étude). Après avoir découpé le motif imprimé, pour lui redonner la forme d'une empreinte digitale, il a suffit aux chercheurs de l'appliquer sur le capteur pour déverrouiller le téléphone.

Une meilleure protection dans les futur smartphones ?

Verdict ? La technique fonctionne parfaitement sur le modèle de Samsung, en quelques secondes. En revanche, il aura fallu s'y reprendre à plusieurs fois pour le smartphone mis au point par Huawei. Et la technique n'a pas fonctionné sur celui du constructeur Meizu. L’iPhone quant à lui se serait laissé ouvrir uniquement la première fois. Ce qu'est d'ailleuts incapable d'expliquer le chercheur.

Mi-février, un spécialiste des capteurs d’empreinte digitale chez Vkansee avait démontré lors du Mobile World Congress qu'un peu de pâte à modeler suffit pour tromper le lecteur d’empreinte. Les fabricants travaillent déjà sur de nouveaux moyens d'identification, utilisant par exemple l'iris, la voix ou bien encore le flux sanguin de son utilisateur.

À LIRE AUSSI
>>  Attention, un simple MMS suffit pour pirater votre smartphone Android
>>  Désormais, vous pouvez payer vos achats sans carte bancaire mais avec... votre voix

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques