Mars One : "c'est un voyage sans retour !"

Mars One : "c'est un voyage sans retour !"

ESPACE – Florence Porcel fait partie des 22 Français sélectionnés pour potentiellement coloniser Mars. Elle raconte à metronews le processus de sélection et les objectifs de cette mission qui semble encore relever de la science-fiction.

Pourquoi avoir déposé votre candidature pour le projet Mars One ?
Je suis passionnée d'espace depuis toujours. Comme je ne peux pas être astronaute, j'ai décidé de tenter l'aventure avec ce projet.

Qu'est ce qui était demandé dans le dossier ?
Il fallait par exemple réaliser une vidéo de présentation d'une minute où l'on devait notamment montrer son sens de l'humour. On devait également répondre à un questionnaire assez costaud en fournissant son CV, mais surtout répondre à des questions destinées à comprendre la personnalité du candidat. Comment avez-vous vécu des situations angoissantes et stressantes par exemple.

Vous trouvez que le projet est sérieux ?
Je me suis renseigné avant de déposer ma candidature et je pense effectivement qu'il est sérieux. Il est fondé par des anciens employés d'agences spatiales et sera financé par plusieurs sociétés privées qui ont déjà travaillé avec la Nasa par exemple. Plus le temps passe, plus je trouve le projet crédible.

Mars One a besoin de six milliards de dollars pour être financé. Vous a-t-on demandé d'y participer ?
Oui, les candidats devaient payer des frais d'inscriptions, mais c'était plutôt une manière de décourager les plaisantins qui n'étaient pas vraiment motivés. Le prix était calculé en fonction du PIB du pays d'origine. Pour la France j'ai payé 29 $, pour le Qatar le prix est fixé à 79 $, tandis que certains pays d'Afrique ne payent que 5 $. Je trouve que c'est une très bonne philosophie.

Avez-vous plus de détails sur la base en elle-même et les missions que vous devrez remplir une fois sur place ?
Nous avons en effet vu des visuels de la base qui sera construite par le concepteur de la sonde Phoenix. Pour l'instant c'est surtout le vaisseau qui n'existe pas encore. Une fois sur place, la priorité de la mission sera la survie, l'exploitation de l'eau du sol ou encore de la serre qui nous fournira de quoi manger. Nous procéderons ensuite à des expériences scientifiques et à l'exploration de la planète.

Combien de temps durera la mission sur Mars ?
C'est un voyage sans retour ! Mais je suis prête à le faire, même si je suis morte de trouille. J'ai tendance à avoir peur par nature, même en traversant la rue, j'ai peur de me faire renverser, mais pourtant je le fais quand même tous les jours !

Quelles sont les prochaines étapes de la sélection ?
Nous n’avons pas encore reçu les détails, mais j'ai lu dans la presse qu'elles consisteraient en des tests psychologiques, physiques et de comportement en équipe. La sélection devrait être terminée en 2015 avec les 24 personnes définitives. Puis le départ devrait avoir lieu en 2025.

Êtes-vous en contact avec d'autres candidats ?
Oui, bien sûr. J'en connais plusieurs via Facebook, mais aussi les forums consacrés au sujet. Nous sommes d'ailleurs en tout 22 Français sélectionnés parmi les 1 058 actuels.

Il devrait également y avoir une dimension téléréalité dans le projet, cela ne vous gêne pas ?
Non, le côté ludique devrait se limiter aux sélections, bien avant la mission. C'est surtout un bon moyen pour Mars One de se financer. Le projet n'est pas créé pour la télévision, cette dernière est seulement un outil. Les premiers pas sur la Lune ou les Jeux olympiques auraient eu lieu même sans télévision. Et pourtant cette dernière rapporte plus de six milliards de dollars de publicité à chaque olympiade. Une fois sur place cela aura plutôt la forme d'un documentaire.

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques