Négationnisme : Google fait son mea culpa et modifie les algorithmes de son moteur de recherche

Négationnisme : Google fait son mea culpa et modifie les algorithmes de son moteur de recherche

INTERNET - Le géant informatique Google a affirmé mardi qu'il œuvrait à améliorer les algorithmes de son moteur de recherche pour écarter les informations "ne faisant pas autorité", comme celles d'un site négationniste qui arrivait en tête des recherches portant sur l'Holocauste.

Après Facebook, accusé depuis plusieurs mois de propager à grande échelle de fausses informations, Google a dû faire lui-aussi son mea culpa ce mardi suite à des révélations du Guardian. Le quotidien britannique a reproché la semaine dernière au géant d’Internet de faire la part belle au négationnisme. En cause : Stormfront, un site web animé par un groupe de personnes niant la réalité du génocide des Juifs par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, apparaissait en tête des résultats à la question : "L'Holocauste a-t-il eu lieu ?"

Juger quelles pages internet sont les mieux à même de répondre à une question est un problème complexe.Un porte-parole de Google

"Juger quelles pages internet sont les mieux à même de répondre à une question est un problème complexe et nous ne le faisons pas toujours de la meilleure façon", s'est excusé mardi le groupe américain dans un communiqué. Google a indiqué qu'il œuvrait à améliorer l'algorithme de son moteur de recherche, rappelant que son objectif est de fournir des "résultats faisant autorité" tout en proposant "une variété de contenus divers venus de différentes sources".

Des ajustements récents dans les algorithmes de Google

"Lorsque des informations ne faisant pas autorité se classent trop haut dans les résultats de recherches, nous développons une approche évolutive et automatisée pour résoudre le problème, plutôt que de les retirer une à une manuellement, s'est encore justifiée l'entreprise. Des ajustements récents dans les algorithmes de Google "aideront à faire apparaître des contenus plus crédibles et de meilleure qualité".


Les critiques sur les résultats de recherches concernant l'Holocauste ne sont pas un cas isolé pour Google, qui a notamment déjà été pointé du doigt il y a quelques semaines pour de fausses informations diffusées durant la campagne présidentielle américaine. Il ne devrait y avoir "aucune situation dans laquelle de fausses informations sont répandues", affirmait le patron de Google, Sundar Pichai, lors d'une interview à la BBC le mois dernier.

En vidéo

Quels sportifs français ont été les plus googlelisés en 2016 ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques