On a testé le PlayStation VR : faut-il foncer l'acheter ?

On a testé le PlayStation VR : faut-il foncer l'acheter ?

DirectLCI
REALITE VIRTUELLE – Après l'Oculus Rift ou encore le HTC Vive, les gamers vont pouvoir s'adonner au PlayStation VR. Le casque de réalité virtuelle de Sony est en vente depuis ce jeudi. Peut-il doper le marché ? On a testé, on vous livre un premier verdict.

Entre les excellents mais onéreux Oculus Rift et HTC Vive qui nécessitent des PC boostés, et les entrées du marché qui n'utilisent que des smartphones (Google Cardboard, Samsung Gear VR), il restait une place vacante dans le milieu de la réalité virtuelle (ou VR). Disponible depuis ce jeudi pour 399 €, le PlayStation VR débarque sur le marché avec de légitimes ambitions.


Car avec lui, c'est le monde des consoles de salon qui entre dans une nouvelle ère. Et même une nouvelle aire de jeux vidéo, pourrait-on dire. Faites de la place autour de vous.

Que trouve-t-on dans la boite ?

On connaissait les manettes de jeu, voici un autre accessoire qui vient enrichir les possibilités de votre PlayStation 4, seule console avec laquelle votre casque est compatible.


Il va vous falloir au minimum de 10 à 20 minutes d'installation avant de pouvoir jouer, installation des différents jeux comprise. La boite comporte le casque PlayStation VR, mais aussi de très nombreux câbles pour le raccordement et le boîtier émetteur à brancher entre la console et le casque. Mais avec cette seule boite, vous ne pourrez pas aller très loin. Il vous faut impérativement la PlayStation Camera pour la reconnaissance de vos mouvements en accord avec votre casque (60 €). Les manettes PlayStation Move (80 €) sont, en revanche, optionnelles, même si, sur de nombreux jeux, elles s'avèrent plutôt indispensables pour vivre pleinement l'expérience.


Une fois les branchements faits et le bon positionnement (ni trop haut ni trop bas) de la caméra trouvé -et l'espace dégagé dans la pièce-, un appui sur la commande et c'est parti pour un changement de monde. Le casque est plus léger qu'il n'y parait. Il se règle plutôt facilement avec un bouton sous la visière pour ajuster l'appareil au niveau du regard et une molette à l'arrière du crâne pour bien le fixer. L'écran TV se déporte alors sur celui du casque et le son 3D envahit vos oreilles grâce aux écouteurs fournis (il sera préférable d'investir dans un véritable casque pour une meilleure expérience).

A l'intérieur du PlayStation VR, virtualité... et mal de mer possible !

Vous voilà coupé du monde extérieur et "à l'isolement" ! Car, sur le téléviseur, vos camarades de jeu vont pouvoir suivre vos pérégrinations virtuelles. Il vous faudra soit la manette DualShock 4 classique ou les PS Move pour lancer les opérations, car vous ne commanderez rien depuis le casque ou en oscillant la tête dans tous les sens. Une fois la galère du calibrage finalisé, et si vous ne vous êtes pas perdu dans des menus parfois étranges, embarquez dans des aventures à 360°. 


Pour les novices, autant prévenir tout de suite : les premières sensations vont être assez déconcertantes, le temps que votre corps, vos yeux et votre esprit se coordonnent. Une sensation de mal de mer (ou cinétose) va s'emparer de vous à plusieurs reprises. C'est aussi pour cela qu'il est conseillé de ne pas dépasser les 20 minutes de jeu, casque sur la tête. Certains créateurs de jeu semblent avoir tenté une légère correction en grisant le bord de la zone de visionnage afin de vous forcer à recentrer le regard et éviter ainsi les yeux en balade qui entraînent le désagrément. On ne saurait également trop vous recommander de jouer au maximum assis plutôt que debout afin de limiter ce genre de malaise…. Et aussi sauver votre environnement. Car, perdu dans un ailleurs virutel, on n'est plus que tenté de faire de larges gestes, notamment avec les jeux de tir, sans avoir conscience des obstacles alentours, même éloignés. 

Si le rendu graphique n'est pas aussi parfait que celui du HTC Vive, il est tout à fait correct et immersif sur les différents jeux testés : le rendu sur le jeu de courses, qui vous propulse au volant d'un bolide, est plutôt bon. Enfiler la tenue de Batman et se regarder dans un miroir, assez incroyable. Et que dire de la frousse filée par Until Dawn : Rush of Blood ! Tant que vous ne sortez pas du cadre de reconnaissance de la caméra, tout paraît assez fluide et les sensations sont au rendez-vous, pour le meilleur et pour le pire !

En vidéo

Venez tester le PlayStation VR à Paris

On joue à quoi ?

Le catalogue au lancement est plutôt conséquent. On dénombre une trentaine de jeux nativement VR et quelques-uns comptant des modes en réalité virtuelle comme Rise of the Tomb Raider dans lequel Lara Croft va pouvoir arpenter son manoir, non sans croiser quelques zombies. 


La PS4 s'offre également deux zones dédiées :

- The Playroom VR où vous êtes guidées par les petits robots blancs maison à travers des séries de mini-jeux à faire seul ou en collaboration avec vos amis qui, eux, devront utiliser leur manette. Il s'agit majoritairement de jeux de plateforme ou de courtes séquences d'opposition.

- The PlayStation VR Worlds avec des jeux plus pointus basés sur la motricité, l'immersion (ah la descente dans les profondeurs marines enfermé dans une cage en fer !).


Parmi les jeux disponibles, quelques expériences à tenter :


- Batman Arkham VR : prenez-vous pour le chevalier noir, costumez-vous et lancez-vous dans une enquête dans les rues de Gotham. Au total, il y en aura pour une bonne heure de jeu… à 20 € !

- London Heist : une bonne séquence de tir mettant en scène une course-poursuite. Le défouloir ultime.


- Tumblr VR : si vous adorez les jeux de construction façon Jenga


- Until Dawn : Rush of Blood : si vous avez envie de jouer à vous faire peur tout en essayant de tirer sur tout ce qui bouge (trop).


- Star Trek Bridge Crew : le jeu d'Ubisoft pour se prendre pour l'un des membres de l'équipage de la célèbre franchise. Vous choisissez le rôle que vous voulez tenir et vous devez vous coordonner avec les autres joueurs pour réussir votre mission (jusqu'à 4 joueurs). Une véritable expérience de jeu complète et totalement immersive que nous avions pu tester à l'E3 (sortie fin 2016).


Prix des jeux payants : de 6,99 € à 59,99 € pour Star Trek Bridge Crew d'Ubisoft 

Notre avis :

Fort de son parc de plus de 40 millions de consoles PS4 à travers le monde, le PlayStation VR arrive comme un accessoire supplémentaire, certes onéreux (399 €), mais qui peut être utilisé de suite sur une PS4 au tarif abordable. C'est là que sera sa force. Car en faisant entrer aussi simplement la réalité virtuelle dans les salons, il a toutes les armes pour la démocratiser. Et quand on connaît la force d'impact des produits innovants Sony… On achètera bientôt un jeu VR aussi simplement qu'un jeu vidéo classique, quand les deux ne seront pas mêlés. 


Il reste que le casque est encombrant, avec son enchevêtrement de fils en prime. Et l'expérience ne peut dépasser 20 minutes sans avoir un peu mal au cou et au coeur. Si Sony a réussi à corriger l'inconfort initial qui donnait le mal de mer, il reste présent sur plusieurs jeux quand le corps n'arrive pas à se coordonner avec les yeux (Battlezone, DriveClub VR, Rise of The Tomb Raider, RIGS, EVE Valkyrie, etc.). Et certains rendus ne sont encore visuellement pas à niveau. 


Le PlayStation VR s'annonce comme la première grande expérience de réalité virtuelle à s'offrir au grand public. Sera-t-il au rendez-vous sur la durée ? De là en découlera son statut d'objet révolutionnaire du jeu vidéo ou de vaste flop. Si vous pensez avoir fait le tour de ce que le jeu vidéo a à vous offrir, on ne saurait trop vous conseiller de vous lancer dans ces nouvelles sensations. Si vous avez le coeur sensible, abstenez-vous ! A 399 €, le PlayStation VR fait le job, à mi-chemin entre le très haut de gamme et l'entrée. Mais c'est une expérience à faire. Au moins chez des amis.

En vidéo

Paris Games Week : la réalité virtuelle et les jeux "à la française" à l'honneur

Plus d'articles

Sur le même sujet