Le sextoy connecté collectait les données intimes des utilisateurs à leur insu, une société canadienne condamnée

Le sextoy connecté collectait les données intimes des utilisateurs à leur insu, une société canadienne condamnée

ESPION - La société canadienne Standard Innovation a été condamnée à verser 4 millions de dollars canadiens (2,8 millions d'euros) à ses utilisateurs pour avoir enregistré de façon illégale des données sur leur activité sexuelle.

Quand votre vibromasseur devient un mouchard. La société canadienne Standard Innovation, qui fabrique les sextoys connectés We-Vibe, vient d'être condamnée à verser 4 millions de dollars canadiens (2,8 millions d'euros) de dommages et intérêts à ses utilisateurs après que deux d'entre eux ont découvert que la firme récoltait des données intimes sur leurs préférences sexuelles. 

L'application fournie avec le sextoy enregistrait en effet en temps réel toutes les données concernant l'utilisation de l'appareil : fréquence, programme favori, intensité des vibrations, tout était consigné dans les serveurs de Standard Innovation aux côtés des mails de ses clients. Seul souci : ces derniers n'étaient pas au courant. 

Jusqu'à 10 000 euros de dommages et intérêts par personne

Une plainte qui s'est rapidement transformée en class-action (un recours collectif) donnant raison aux consommateurs mécontents. Standard Innovation a donc été condamné à verser 4 millions de dollars canadiens. De plus, toute personne ayant acheté et utilisé l'appareil avant septembre 2016 (date de la première plainte) pourront réclamer jusqu’à 10 000 dollars (6 900 euros) de dédommagement pour avoir été espionnés par la société canadienne. Quant à ceux qui utilisaient le sex-toy sans l'application Bluetooth, ils auront droit à 199 dollars (140 euros). 

"Nous sommes heureux d’être arrivé à un accord juste et raisonnable dans cette affaire", a déclaré de son côté Standard Innovation au magazine Fortune. "Nous prenons la question de la sécurité des données privées des clients très au sérieux. Nous avons amélioré notre politique en la matière, augmenté la sécurité de l’application, fourni plus de choix aux clients à propos des données qu’ils souhaitent partager et nous continuons de travailler avec des experts de la vie privée et de la sécurité pour améliorer l’application." De quoi rassurer les futurs utilisateurs ? 

En vidéo

Les Français et le sexe : le sex-toy design et hightech

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques