TEST - PES 2018, le meilleur jeu de football de l'année ?

JEU VIDÉO - Chaque automne, FIFA et PES se disputent le titre de meilleure simulation footballistique sur console. Cette année, la franchise de Konami a fait table rase du passé, avec l'ambition proclamée de s'imposer en vraie alternative à sa concurrente des studios EA Sports. LCI a fait le test et vous livre ses impressions.

Tous les ans, c'est la même rengaine. Et la cuvée 2017-18 ne fera pas exception. Avec la sortie de PES 2018 (14 septembre) et celle de FIFA 18 (29 septembre), la bataille annuelle entre les deux grosses licences de jeux de foot est lancée. Ce duel, autrefois épique, a repris de l'intérêt ces dernières années grâce au retour en force PES, dont la formule ne cesse de se parfaire.


Comme chaque année, deux semaines avant son concurrent direct, le jeu de Konami s'élance en pole position. L'occasion pour LCI de se pencher en profondeur sur cette simulation, présentée par l'éditeur japonais comme l'épisode le plus abouti de la franchise à ce jour. 

Ralenti pour être plus réaliste

Ne perdons pas de temps et posons la question qui brûle toutes les lèvres : PES est-il la simulation ultime en terme de sensations de jeu ? De ce que nous avons pu voir, cet opus 2018 est l'une des meilleurs cuvées du genre (en attendant bien sûr de voir ce que va donner FIFA 18). Cette année, Konami a clairement appuyé sur le frein. PES 2018 se révèle notamment plus lent et plus réaliste. En bref, un jeu où les courses en ligne droite n'ont plus aucune chance d'aboutir. L'accent a été mis sur la construction et le collectif. Il ne faut ainsi pas hésiter à multiplier les passes pour parvenir à faire la différence et se rapprocher du but adverse. 

Outre ces améliorations notables, qui devraient en ravir plus d'un, d'autres viennent s'ajouter : les contrôles sont désormais soumis au comportement du ballon, les coups de pied arrêtés ont été retravaillés tandis qu'un nouveau système de dribbles et protection de balle a vu le jour. Ces choix forts renforcent la fluidité et l'authenticité de la simulation de foot, malgré quelques comportements hasardeux des gardiens, qui n'ont pourtant jamais été aussi bien animés.

Une claque visuelle et des nouvelles fonctionnalités

Graphiquement aussi, PES frappe fort. Le moteur Fox Engine, le pendant de Frosbrite utilisé pour FIFA 18, n'y est pas étranger. Les plus grands joueurs - Kylian Mbappé, Neymar, Lionel Messi pour ne citer qu'eux - sont reconnaissables au premier coup d'œil. Pour ce faire, Konami a intensifié sa signature de partenariats avec le FC Barcelone, le Borussia Dortmund, Liverpool et tout récemment l'Inter Milan. En plus d'offrir une modélisation des joueurs criante de réalisme, cela a permis aux développeurs de reproduire à l'identique les stades des équipes concernées. Nous avons ainsi le sentiment de regarder un match de football retransmis à la télévision. Impression renforcée par l'ambiance sonore (en tribunes et sur le terrain) et les nouvelles cinématiques, marques de fabrique de la célèbre simulation de Konami.


Évidemment, la modélisation des autre joueurs, moins connus (Adrien Rabiot, par exemple), en pâtit légèrement. Le lot de tout jeu de sport ayant une telle base de données de sportifs à couvrir. Si on pardonnera ce petit écart à PES, vous pourrez en revanche pester contre Darren Tulett, l'un des deux commentateurs du jeu avec Grégoire Margotton. Ses interventions sans saveur devraient vous pousser à baisser, voire éteindre, le son de votre télévision. 

Du coté des menus, les fans de la saga ne devraient pas être déçus. Plus dynamique avec une interface modernisée, l'essentiel est là et les modes de jeu proposés (MyClub, PESLeague et sans oublier la mythique Ligue Masters retravaillée pour l'occasion) permettent de jouir d'un large éventail de possibilités. Outre le tant attendu 2V2, la coopération 3V3 en local, avec résumés et diagrammes détaillés des performances de chaque joueur à la mi-temps et à la fin du match, devrait déboucher sur de belles soirées entre amis.


Qu'on se le dise, PES se pose en vraie alternative à sa concurrente FIFA. Avec ce titre, Konami vise juste et met tout en oeuvre pour bousculer la hiérarchie.

En vidéo

Usain Bolt, la surprise de ce PES 2018

PES 2018 - En vente le 14 septembre 2017 - PEGI 7

Disponible sur PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360 et PC

À partir de 59,99€ (49,99€ sur PS3 et Xbox 360)


*Usain Bolt sera jouable dans le mode myCLUB de la simulation de football. Le Jamaïcain est ainsi un bonus de précommande pour PES 2018. Et, bien sûr, le sprinteur désormais retraité célèbrera ses buts de la même manière qu'il célébrait ses records du 100m et 200m.


*Précisions : à l'instant où nous écrivons ces lignes, le 11 septembre, le patch de mise à jour des effectifs n'était pas disponible tandis que l'ouverture des serveurs du jeu n'est prévue qu'à compter du 13 septembre. De fait, nous n'avons pas pu juger des modes de jeu en ligne. Une mise à jour, tenant compte de cet aspect déterminant, sera faite d'ici quelques jours.

Plus d'articles

Sur le même sujet