Tuerie de San Bernardino : le FBI estime pouvoir débloquer un iPhone sans Apple

Tuerie de San Bernardino : le FBI estime pouvoir débloquer un iPhone sans Apple

POLEMIQUE - La police fédérale américaine souhaite tester une nouvelle méthode de piratage pour accéder au contenu de l'iPhone des terroristes de San Bernardino.

Et si finalement le FBI n’avait pas besoin de l’aide d’Apple pour accéder au contenu crypté du téléphone de l’un des auteurs de l’attaque de San Bernadino, qui a fait 14 morts début décembre en Californie. À la surprise générale, hier devant le juge Sheri Pym, la police fédérale américaine a demandé à suspendre la procédure qu'elle avait engagée contre la firme de Cupertino.

EN SAVOIR + >> Pourquoi Apple refuse de coopérer avec le FBI 

La raison ? Le FBI souhaite tester d’ici le 5 avril une nouvelle méthode de piratage, qui lui aurait été suggérée par un hackeur anonyme "pour débloquer le téléphone de (Syed) Farook", l’un des deux auteurs de l’attaque, précise le texte de la motion déposée lundi par le gouvernement américain. Si elle s’avère "viable, il n'y aura plus besoin de l'aide d'Apple", poursuit le texte.

"Nous devons protéger vos données et votre vie privée. Nous ne céderons pas!"

Lundi soir, le patron d'Apple Tim Cook a rappelé la position de la marque à la pomme dans l’affaire qui l’oppose au FBI lors de la keynote de présentation des dernières nouveautés du groupe. "Nous fabriquons des iPhone pour vous, nos clients. L'iPhone est une extension de nous-mêmes. Nous devons protéger vos données et votre vie privée. Nous ne céderons pas !" a-t-il martelé devant la presse.

A LIRE AUSSI
>>  Applis, réseaux sociaux : comment les terroristes communiquent entre eux

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques