Vous passez un mois par an à surfer au bureau sur YouTube, Facebook et Wikipedia

Vous passez un mois par an à surfer au bureau sur YouTube, Facebook et Wikipedia

INTERNET – Jeter un coup d’œil à sa messagerie, consulter un site d'info ou partager une vidéo sur les réseaux sociaux... En moyenne, les Français passent plus d'une heure par jour sur leur temps de travail à naviguer sur internet à des fins personnelles, selon une étude.

Si vous êtes un patron, il y a peu de chance que vous appréciez ce qu’il va suivre. Chaque jour, les Français passent plus d’une heure à surfer sur internet au bureau pour autre chose que le travail. Sur une année, cela représenterait un mois par an, avec une baisse de productivité évaluée à 17,5%. C’est en tout cas la conclusion d’une étude menée par éditeur de logiciel Olfeo à partir de journaux de connexions de plus d’une centaine d’entreprises de l’Hexagone.

Au palmarès des sites les plus visités au boulot, on trouve, forcément, YouTube et Facebook, mais aussi Wikipedia et Yahoo actualités. Si de plus en plus d’entreprises utilisent aujourd’hui des filtres et interdisent dans leur règlement intérieur la consultation de certains sites web, tels que Facebook ou YouTube, la pratique reste encore tolérée le plus souvent. Mais est-ce légal pour autant, et peut-elle être un motif de licenciement ?

Votre direction bénéficie d'un droit de regard sur vos échanges électroniques

A vrai dire, ce n'est pas très clair. En janvier 2013, la cour d'appel de Bordeaux avait donné gain de cause à une salariée licenciée pour s'être connectée une heure chaque semaine pour des motifs personnels. Un jugement contraire a été rendu quelques mois plus tard à Pau. De manière générale, votre direction bénéficie d'un droit de regard sur vos échanges électroniques, au regard de la justice européenne.

Dans une note publiée en décembre 2015, la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) constate que "l'utilisation d'outils informatiques à des fins autres que professionnelles est généralement tolérée" sur les lieux de travail, à condition qu'elle reste raisonnable et qu'elle ne porte pas atteinte à la sécurité des réseaux ou à la productivité de l'entreprise.

À LIRE AUSSI
>> Comment annuler l'envoi d'un mail déjà parti
>> Newmanity : une boîte mail écolo pour sauver la planète ?
>> 10 raccourcis clavier à connaître avant de vous rendre au bureau

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques