Le Prix de Diane, un tremplin vers le Graal

Ce dimanche 18 juin, plus de 30.000 personnes assisteront au sacre de la meilleure pouliche de 3 ans, sur l’hippodrome majestueux de Chantilly. Le célèbre Prix de Diane – 168e édition – est un test redoutable, il conduit les espoirs vers les sommets, à savoir le Prix de l’Arc de Triomphe.

Elles seront 18 à s’affronter dimanche, à Chantilly, pour être couronnée meilleure pouliche de 3 ans dans une journée placée sous le signe de l’élégance. Préparées pour briller, les espoirs féminins suivent le calendrier classique du championnat des EpiqE Series, dans le circuit du galop : Prix d’Essai des Pouliches, Prix de Diane, Prix Vermeille et Prix de l’Arc de Triomphe. Disputé sur 2100 mètres, le prestigieux Prix de Diane est plus long que la Poule d’Essai (1600 mètres). Il vise à préparer ces demoiselles à l'"Arc", long de 2400 mètres, qui aura exceptionnellement lieu une nouvelle fois à Chantilly le temps de la rénovation de l’hippodrome de Longchamp. La 4e étape des EpiqE Series, le circuit des plus belles courses de France, distribue 1 million d’euros d’allocations, dont  571.400 euros au vainqueur. 

Histoire d’une course reine

Si la première édition, disputée le 18 mai 1843, n’a rassemblé que peu de spectateurs en raison de la mort accidentelle du Duc d’Orléans, fils du roi Louis-Philippe, l’événement s’est vite ancré dans le paysage hippique français. La course, dont le nom viendrait de la statue de Diane à la biche, située dans le domaine de Chantilly, offrait déjà 6000 francs de l’époque, soit 850.000 euros. 


Le Prix de Diane devient un rendez-vous européen à partir de 1946 lorsque l’épreuve s’ouvre aux concurrentes étrangères. Il faut attendre 1970 et Sweet Mimosa pour voir une pouliche née hors de nos frontières s’imposer. Quatre ans plus tard, la reine Elisabeth II fait le déplacement pour assister au sacre de sa protégée Highclere. Depuis 1946, seules 9 pouliches étrangères ont passé le poteau en tête face aux meilleurs espoirs tricolores. La dernière est Star of Seville (2015).


Inspirée par les Oaks d’Epsom (1779), la course française fournit de meilleurs éléments que son pendant anglais. Sept gagnantes du "Diane" ont remporté l’objectif ultime : le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. La championne Trêve, gagnante du Prix de Diane en 2013 dans un temps record (2 minutes, 3 secondes et 77 centièmes), a triomphé à deux reprises dans la course phare, finale des EpiqE Series au galop. 

En vidéo

Bande-annonce EpiqE Series Prix de Diane 2017

Quelques chiffres

1843

L’année de la création de l’épreuve avec seulement six partantes. Le Prix de Diane ne s’est pas disputé en 1871, de 1915 à 1918, en 1940 à cause de la guerre et en 1975 pour la grève des lads-jockeys.


5

Comme le nombre de victoires des jockeys Spreoty (1848-1858), Charles Pratt (1859-1870), Yves Saint-Martin (1962-1977), Gérald Mossé (1988-1999).


2

Deux femmes entraineurs se sont illustrées : Christiane Head-Maarek (1982, 2000,2013) et Corinne Barbe (1995). 


2’03’’77

Le record du Prix de Diane, détenu par Trêve (2013). 

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques