Dans le centre de Paris, un quart des logements sont inoccupés

Dans le centre de Paris, un quart des logements sont inoccupés

IMMOBILIER - D'après un rapport de l'Atelier Parisien d'Urbanisme, le nombre de logements inoccupés a augmenté dans les quatre premiers arrondissements de Paris. La mairie a déjà pris des mesures pour tenter d'enrayer le phénomène.

Le centre de Paris compte de plus en plus de logements inoccupés. C’est la conclusion d’un rapport de l’Apur (Atelier Parisien d’urbanisme) dans une étude datant du mois dernier. Le phénomène n’est pas nouveau mais il s’aggrave. Dans les 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements, l’Apur a dénombré près de 20.300 de logements vacants ou résidences secondaires ce qui représente 26% de l’ensemble des logements. Une proportion largement supérieure à la moyenne parisienne (15%). Et cette proportion a augmenté plus vite qu’à Paris dans son ensemble entre 2008 et 2013 (+1,3 point contre 0,6 point en moyenne). C’est dans le 2ème arrondissement qu'elle a le plus progressé (+6 points).

60% de surtaxe sur les résidences secondaires

Pour contrer ce phénomène la mairie de Paris a mis en place une surtaxe de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. D’abord de 20%, il y a 2 ans, elle est passée à 60% en janvier dernier. Le but : faire baisser la quantité de ces logements partiellement vacants dont le nombre a augmenté de 43% en 15 ans selon l’administration Française. D'après l’Insee, on dénombre 110.000 résidences secondaires dans la capitale.

En vidéo

Cette ville augmente de 60 % la taxe d’habitation de ses résidences secondaires

"Le seul levier sur lequel nous pouvons jouer"

"C’est le seul levier sur lequel nous pouvons jouer pour encourager les propriétaires à louer leurs biens, explique Ian Brossart, adjoint au logement PCF à la mairie. C’est un réel sujet de préoccupation, ce n’est pas normal d’avoir 200.000 logements inoccupés ou occupés de façon exceptionnelle. Ça représente le double des logements existants dans un grand arrondissement comme le 18ème." Les premiers résultats de cette mesure seront connus dans le courant de l’année prochaine et l’élu n’exclut pas une nouvelle augmentation si la surtaxe à 60% ne porte pas ces fruits. 

Plus d'articles

Sur le même sujet