Angleterre : un bus roule grâce à des excréments humains

Angleterre : un bus roule grâce à des excréments humains

ÉCOLOGIE – Un bus un peu particulier a été mis en circulation jeudi dernier en Angleterre. Il carbure grâce aux excréments humains.

Alors que l'efficacité de la matière fécale a été prouvée dans le domaine médical, elle pourrait également révolutionner nos moyens de transport. En Angleterre, un bus fonctionnant grâce à des déchets humains et alimentaires a effectué son premier trajet jeudi dernier, journée mondiale des toilettes. Ce "bio-bus" fait office de navette entre Bath et l'aéroport Bristol.

Ne vous imaginez pas sur le trône tout au long du trajet ou aller faire le plein aux toilettes publiques, le véhicule de 40 places roule grâce au biométhane, un gaz naturel produit par la fermentation des restes de nourriture, des eaux usées et des déjections humaines. Cette réaction se produit naturellement, dans les marais ou les décharges par exemple, mais elle peut également être provoquée, comme ici par la société Geneco.

Un "carburant" local

Les déchets annuels de cinq personnes peuvent alimenter le bus pour 300 kilomètres, soit l'équivalent d'un plein. Le tout sans les odeurs associées, retirées au préalable.

Au final, cette énergie "propre" bénéfique à la qualité de l'air urbain se présente comme l'avenir du transport public. Mais le "bio bus" va plus loin selon Mohammed Saddiq, directeur général de Geneco : "Les véhicules alimentés au gaz ont un rôle important à jouer dans l'amélioration de la qualité de l'air dans les villes du Royaume-Uni, mais le bio-bus fait mieux puisqu'il circule grâce aux personnes vivant dans la région, y compris celles qui sont très probablement dans le bus lui-même", a-t-il précisé au Telegraph.

EN SAVOIR + >> Sauvez une vie, donnez votre caca

Un carburant local et durable donc, dont le potentiel est prometteur. Le Synteau (Syndicat national des entreprises du traitement de l’eau) rappelle dans un communiqué que le biométhane issu à partir de boues d'épuration d'une ville de 100.000 habitants peut alimenter 20 bus ou 100 véhicules légers.

QUAND Y EN A PLUS, Y EN A ENCORE
>>  Les "instants meugnons" de metronews
>>  D'autres infos insolites
>> 
Le Bon Coin : les pires annonces  
>>  La preuve que la bêtise humaine n'a pas de limite


 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques