Des chercheurs créent un préservatif plus fin qu'un cheveu avec... de l'herbe

Des chercheurs créent un préservatif plus fin qu'un cheveu avec... de l'herbe

SEA, SEX AND SCIENCE – Des chercheurs australiens ont développé un préservatif à partir de cellules d'herbe associées au latex. Résultat : le petit capuchon est moins épais qu'un cheveu humain, et serait plus solide que les préservatifs traditionnels.

La clé du plaisir en toute sécurité ? Selon des chercheurs de l'université du Queensland en Australie, il s'agit de l'herbe – celle sur laquelle on marche. Ils ont déclaré hier, 10 février, avoir conçu un alliage de latex et d'herbe pour développer un préservatif ultra-fin et plus solide que le classique caoutchouc.

Souple et résistant

L'herbe en question est une plante sauvage commune en Australie, nommée spinifex. Elle forme des touffes sèches et recouvre 22% du territoire australien. Bien-sûr, l'herbe n'est pas utilisée telle quelle par les scientifiques. Ils en ont extrait des fibres, ensuite associées au traditionnel latex, matériau courant dans la confection de préservatifs.

"Ce qui est génial avec notre nanocellulose [un minuscule glucide qui compose la plante, ndlr], c'est qu'il s'agit d'un additif flexible. Nous pouvons donc créer une membrane plus fine et plus solide, mais toujours souple et flexible, ce qui est un peu le saint graal du caoutchouc naturel", s'enchante le professeur Darren Martin , qui a dirigé l'étude.

Un solide concurrent au latex

En faisant gonfler le prototype jusqu'à l'éclatement pour mesurer ses performances, l'équipe a constaté qu'il était 20% plus résistant à la pression et 40% au volume, comparé à un préservatif en latex standard. En terme d'épaisseur, leur record est à 45 microns d'épaisseur, soit la largeur d'un cheveux humain. Un préservatif classique a une épaisseur comprise entre 70 et 90 microns .

Une épaisseur réduite permet de libérer plus facilement la chaleur de la peau, ce qui rend le contact plus "réel". Mais si la technique est inédite, le record du "préservatif le plus fin" au livre Guinness des records est toutefois détenu depuis 2013 par la marque chinoise Aoni , et ses préservatif épais de 36 microns.

Cette nouvelle technique pour protéger les ébats coquins pourrait cependant coûter moins cher, tout du moins aux fabricants. "Comme vous utilisez moins de latex, le coût de vos matériaux dans la production pourrait baisser", insiste le professeur. Autre argument pour commercialiser ce petit bijou : l'alliage latex-spinifex profiterait également aux chirurgiens, et à leurs gants de praticiens. Si en plus, c'est pour la bonne cause...

À LIRE AUSSI
>> Allemagne : une boîte de préservatifs qui promettait 21 orgasmes retirée de la vente
>> Le "Condom Challenge", nouveau défi idiot en ligne
>> Le préservatif ne fait pas chuter l'érection, c'est (souvent) la faute de votre pénis

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques